lundi 15 décembre 2008

N'allez pas aux cérémonies de vœux de Joissains !

APPEL AU BOYCOTT

Cela mérite qu'on lève nos verres ! Cette semaine, plusieurs collectivités publiques ont enfin décidé d'annuler les cérémonies protocolaires de présentation des vœux. La Ville de Marseille a été la première. Bravo. Tout de suite après, la Conseil général, le Conseil régional et les corps consulaires lui ont emboîté le pas. Bravo, bravo.

Pour ma part, j'approuve ces décisions en ces temps difficiles où la misère touche de plus en plus de familles et de personnes seules. Les collectivités ont toutes annoncé qu'elles destinaient les sommes épargnées à des associations caritatives.

Je l'avoue, par le passé, il m'est arrivé d'assister à ce type convenu de cérémonie, non sans ressentir une gêne, voire une honte intérieure. N'étant pas très "cocktail", dès 2002, j'ai cessé de jouer le jeu et n'ai plus jamais mis les pieds aux cérémonies aixoises, les seules auxquelles je me rendais. J'ai donc boycotté les années 2003 à 2008.

Le coup d'arrêt de cette tradition ne me chagrine pas. Par curiosité, j'ai recherché les sommes consacrées à ces "fêtes". Cela donne une idée des dépenses. Mais il ne faut pas oublier le nombre incalculable d'événements qui donnent lieu aussi à festivités (inaugurations, salons divers, manifestations culturelles et sportives annuelles, etc.). Par exemple, en 2007, rien que pour les prestations de traiteurs des séances protocolaires, la Communauté d'agglomération du pays d'Aix a engagé 165.420€. Le Conseil régional a déboursé 173.540€. Pour le Conseil général, la dépense est du même ordre.

Or, voici que Maryse Joissains, apprenant les décisions de ses collègues, a publié un communiqué par lequel elle informe qu'elle maintient la cérémonie prévue le 20 janvier prochain. Argument : "raisons économiques". Selon elle, une annulation causerait un manque à gagner pour les entreprises.

Si c'est vraiment le cas, si l'on ne peut pas revenir en arrière sur les frais engagés (pourtant, les autres collectivités avaient aussi lancé leurs appels d'offres), il faut donc remplacer les bénéficiaires habituels, rarement dans le besoin, par des plus nécessiteux. Qu'on offre donc les collations aux plus démunis qu'il ne sera pas difficile d'inviter par le biais du CCAS, des associations caritatives et humanitaires et des centres sociaux.

Dans le cas contraire, je propose que tous les élus (dont ceux qui siègent aussi au Conseil général et au Conseil régional), toutes les autorités du pays d'Aix et tous ceux qui ont reçu une invitation officielle de la CPA et de la Ville d'Aix cèdent leur place, boycottent purement et simplement la cérémonie et imposent à Maryse Joissains de faire un vrai geste de solidarité pour les moins fortunés !

Sinon, comment ne pas tenir pour hypocrites ces phrases de l'édito qu'elle a publié dans le magazine "Aix en dialogue" de décembre : "Victimes d'un individualisme forcené et d'une indifférence généralisée, des êtres affaiblis dans leur âme ou dans leur chair meurent dans nos rues. […] C'est quand le lien se distend qu'il faut retrouver le fil de l'espérance".

       

Faites passer le message !

Interpellez les élus et les personnalités que vous connaissez.

Envoyez des mails à la mairie.

Donnez des coups de fil.

Répétez-le autour de vous.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [6] - Permalien [#]