mercredi 29 octobre 2008

A Aix, il n'y a pas que la météo qui se gâte…

Saint_Eutrope_voiture_brulee

(Clic sur l'image pour agrandir)

Véhicule brûlé à Saint-Eutrope fin 2007

Il n'y pas que la météo qui se gâte. Ces derniers jours, ce sont aussi les mauvaises nouvelles qui se mettent à pleuvoir dru sur Aix.

Au centre ville, les forains protestent contre le sort qu'il est fait par la municipalité. Le problème de l'emplacement du marché est posé depuis quelques années déjà sans qu'une solution définitive n'intervienne. Les forains du palais de justice ont été obligés de déplacer plusieurs fois leurs installations vers le cours Mirabeau, puis de retourner autour du palais et de nouveau sur le cours. Voilà maintenant, comme chaque année à cette époque, que la mairie leur demande de dégager pour laisser la place aux fameux mais controversés chalets. Où est la cohérence ? Il semble que les courges ne se trouvent pas que sur les étals.

Les médias nous apprennent qu'une partie du sol de la cour du collège Mignet s'est effrondrée, là même où l'on agrandit le parking. Pas de victimes, certes, mais un vrai danger.

A l'autre bout de la ville, les Luynois découvrent que le collège promis il y a cinq ans ne sera finalement pas construit. Les "explications" du Conseil général – il y aurait une baisse démographique – ont du mal à passer auprès de la population qui devra se résoudre à faire endurer des trajets aux enfants.

Plus grave, à Saint-Eutrope, un incendie de scooter près d'une canalisation de gaz a causé d'importants dégâts qui ont nécessité l'évacuation d'une cinquantaine d'habitants de l'immeuble le plus proche.

Dans d'autres quartiers, Encagnane et le Jas de Bouffan, des voitures brûlent sans que les médias n'en parlent vraiment. Ainsi, des riverains nous alertent que ces faits se déroulent régulièrement, au pied même des immeubles. Certains évaluent les incendies à une dizaine par semaine. Il semble que ce soit le fait de bandes rivales qui agissent à l'aveugle et s'attaquent aux biens d'habitants qui n'ont rien à voir avec tout ça. D'autres véhicules sont systématiquement tagués. Il y a une quinzaine de jours, un vigile de magasin qui tentait d'empêcher un vol a reçu des coups de ciseaux. La peur s'installe et certains habitants se mettent à craindre le pire.

Faudra-t-il être confronté à des tempêtes pour s'intéresser à ces questions ?

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]