jeudi 9 octobre 2008

Marseille : un conseil municipal aux petits pieds

Gaudinlogo_Marseille

Jean-Claude Gaudin, homme lettré et volubile, est parfois surprenant. Au cours de ce conseil municipal, dans sa bouche, "tramway" devient "tran-oué", "ad hominem" prend du bide en se transformant en "ab dominen", "plus… plus…" est délaissé au profit de l'incorrect méridonalisme "au plus… au plus…", le verbe "mixer" subit un curieux mélange pour ressortir sous la forme "mixter". Et puis, "Empire State Building", prononcé en anglo-marseillais "Empiiire Stète Buuldinngue", semble avoir été de tous temps à deux pas du Vieux-Port…

Quelle dose de pouvoir reste-t-il réellement à Jean-Claude Gaudin ? Pas beaucoup, comme cela est apparu au conseil municipal de lundi. Moins enjoué que d'habitude, le maire de Marseille a offert un visage tiré, celui de quelqu'un qui n'en mène pas large. La retransmission en vidéo de la séance publique sur le site internet de la Ville est on ne peut plus révélatrice. Trop de coups encaissés depuis la municipale de mars ont laissé des traces. A quelques exceptions près, exit la faconde, bonjour la lassitude.

Après trois mois sans réunion des élus municipaux, cette séance longue de 8 heures pour expédier quelque 329 rapports n'aura pas arrangé son moral même si, ici et là, le maire a manifesté quelques sursauts d'humeur. Le conseil faisait penser au jeu du tir à la corde. Gauche et droite ont ferraillé pour marquer leurs territoires politiques. Si Jean-Noël Guérini est désormais présent après de longues années d'absentéisme, c'est Patrick Mennucci qui conduit activement les frondes.

Lors de la discussion sur le budget supplémentaire, l'élu socialiste a soulevé deux points. Il a critiqué les choix de la mairie concernant la somme allouée aux écoles de la ville : "vous avez enlevé 2,3 millions d'euros sur le budget des écoles, remettez-les !" L'adjointe à l'éducation lui a répondu : "Cette somme est liée à des appels d'offres qui ont été reculés à cause de divers soucis techniques.", l'adjoint au budget rappelant, quant à lui, que "6 millions d'euros ont été injectés dans le collège Pierre-Puget." 

Patrick Mennucci a aussi signifié que "la mairie avait bradé son immobilier au privé en vendant des terrains trop peu chers" par rapport à leur valeur réelle. "Il manque 100 millions d'euros dans le budget de la ville de Marseille". Ce qui a provoqué une réplique surréaliste de Jean-Claude Gaudin : "Nous ne sommes pas en faillite !" Sauf que la communauté urbaine souffre d'un déficit d'un milliard d'euros imputable à la Ville !

La suppression d'une nouvelle ligne de tramway, annoncée dans la presse par Eugène Caselli, président socialiste de MPM, "la majorité a enfilé des millions virtuels" […] "je suis comptable de l'argent public", a suscité un choc dans la majorité municipale. Réaction des élus UMP : "c'est Gaudin qui a été élu maire de Marseille", "c'est inacceptable d'être mis devant le fait accompli". La discussion risque de rebondir lors du prochain conseil communautaire du 13 octobre.

Le premier dossier avait donné lieu à consensus pour voter le principe de référendum populaire ouvrant la possibilité qu'une pétition signée par au moins 10.000 habitants soit débattue au sein du conseil municipal. Puis, Patrick Mennucci est remonté au créneau pour refuser qu'il n'y ait qu'un seul membre de l'opposition au sein de la commission qui gère Habitat Marseille Provence. Auparavant, il y a avait 7 membres sont 2 de gauche. Jean-Claude Gaudin a réduit le nombre à 6 pour supprimer 1 poste à la gauche. Peine perdue pour Patrick Mennucci.

A suivi une polémique plutôt nébuleuse sur le contesté projet hôtelier aux Catalans. Jean-Claude Gaudin dit ne pas être au courant de ce projet mais fait voter une délibération sur une modification du plan d'urbanisme du secteur où rien ne sera modifié sur la zone des Catalans. "Nous attendons d'y voir plus clair pour décider", ajoute-t-il, énigmatique. On ne sait plus qui dit la vérité.

Dans la seconde partie du conseil, d'autres échanges contradictoires ont porté sur les crèches, la vidéosurveillance et les subventions. A vrai dire, dans la masse des rapports présentés au conseil, seul celui du choix de Marseille comme Capitale européenne de la culture a mis tout le monde d'accord, chacun essayant quand même de tirer la couverture à soi.

Voir la vidéo de la séance du CM de Marseille du 6 octobre 2008 :

http://sportsat.mairie-marseille.fr/ArchWM/cm20081006.htm 

Mettre le curseur à 0h26mn pour le dossier Habitat Marseille Provence,

à 1h24mn pour le Tramway,

à 2h04mn pour Capitale culturelle,

à 2h54mn pour le Budget,

à 4h20mn pour Hôtel des Catalans

(Attention, il y a une interruption de l'enregistrement entre 5h10mn et 6h15mn)

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]