mercredi 12 décembre 2007

Ma vie d'élu municipal (2)

salle_du_conseil_municipal

(Clic sur l'image pour agrandir)

Salle des Etats de Provence de l'Hôtel de Ville d'Aix

Avec ce nouveau volet, je poursuis le compte-rendu de mon mandat d'élu municipal. C'est l'occasion pour moi de retracer un peu d'histoire, de faire connaître les fonctionnements de la mairie, de livrer des informations sur le temps passé pour l'exercice du mandat et d'en dire plus sur ce que le public ignore souvent.

Mon implication dans la vie publique et politique ne date pas d'hier. J'ai donc la chance d'avoir été confronté aux réalités. Puissent le lecteur et l'électeur se faire une idée plus précise de la vie d'un élu et mieux comprendre le sens d'un engagement au service du bien commun.

7 ans, 50 séances, 5.000 dossiers, du début à la fin

Lundi 17 décembre verra la dernière séance publique du conseil municipal de ce long mandat de sept ans, au lieu de six, par report d'un an à cause des élections nationales.

Combien de fois l'assemblée communale s'est-elle réunie ? En moyenne, sept ou huit par an. J'ai calculé que j'ai participé intégralement à toutes les séances, soit près de 50, du début à la fin, quasiment toutes en soirée. Chacune a duré environ 3 heures. Selon les circonstances, certaines ont allègrement atteint 4 ou 5 heures.

Au menu, rares ont été les ordres du jour comportant moins de 50 dossiers. Le nombre habituel a varié entre 80 et 120. Ces derniers temps, du fait de la décison du maire de ne pas convoquer le conseil à dates rapprochées, nous avons eu à ingurgiter jusqu'à 160 rapports, toujours dans un délai de 5 jours, certes légal mais singulièrement court.

Parmi ces joyeusetés, certains dossiers étaient de véritables pavés. Je les ai tous lus et étudiés. Je ne suis jamais arrivé en conseil sans avoir épluché la moindre virgule, ce qui a souvent eu l'heur d'en énerver quelques-uns.

J'ai usé – usé et... abusé parfois, c'est vrai – de mon temps de parole. Je ne le regrette pas. J'ai soulevé bien des questions et mis au jour nombre de sujets épineux dont on a pu constater les conséquences néfastes pour la collectivité.

Quoi qu'il en soit, j'ai toujours pris à cœur de m'intéresser à tous les sujets. En ce sens, étant amené à revisiter quelques instants cette période, et même si rien ne peut évidemment jamais être parfait, je crois pouvoir faire état d'un sentiment de parole tenue et de devoir accompli.

Je ne veux citer personne, mais voir des élus – pas des moindres, puisque candidats en tête de listes – décacheter sur place, en pleine séance, au vu et au su de tout le monde, l'énorme enveloppe marron pleine de dossiers, c'est franchement une honte. Comme il est tout aussi scandaleux de s'absenter, d'arriver très en retard, de quitter la séance au bout d'une demi-heure ou même de ne pas se faire représenter par un pouvoir.

Les soirs de conseil, dans la salle des Etats de Provence, outre les élus assidus, il n'y a au mieux que 100 personnes : les grands fonctionnaires, le public et la presse. Témoins directs, eux seuls pourraient dire si mes propos sont obliques.

Quant à l'opposition, le travail en commun de préparation des conseils, institué au début du mandat, n'aura pas fait long feu. Très vite, nous nous sommes retrouvés à six, puis à cinq ou quatre sur un total de 13 élus. A mes yeux, la démocratie mérite mieux qu'un engagement intermittent, voire inexistant, de la part des représentants de la population.

En déplorant ces manquements, je sais que j'encours le risque de passer pour mauvais copain. Peu m'importe. Si j'énonce ces faits, c'est parce que, le plus souvent, ils sont hypocritement occultés pour tenter de faire illusion au regard de la majorité des Aixois.

Alors, là encore, que ça chatouille ou que ça gratouille, j'estime qu'il n'y a pas d'autre langage que celui de la vérité.

(A suivre…)

Lire le 1er volet à la rubrique "MA VIE D'ELU MUNICIPAL" en haut à doite de l'écran

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]