lundi 29 octobre 2007

Politique de la ville : A Aix, ça ne passe pas bien

fadela_et_christine

(Clic sur l'image pour agrandir)

Vendredi, à l'invitation du sous-préfet, je me suis rendu à la cité du livre où se tenait, à l'initiative du gouvernement, "la rencontre territoriale d'Aix". De quoi s'agit-il ? La secrétaire d'Etat à la politique de la ville, Fadela Amara, a souhaité lancer une vaste consultation sur les banlieues. Ainsi, pour les Bouches-du-Rhône, ont été prévues 19 réunions territoriales et 3 au niveau départemental.

En soi, l'idée semble bonne. Mais, une fois la réunion abordée, on s'est vite rendu compte qu'elle avait été visiblement menée dans l'urgence. Mal préparée, pas de diagnostic, pas d'informations livrées à l'avance aux participants, annonce d'une synthèse dès la mi-novembre.

Pourtant les thèmes de l'ordre du jour étaient sérieux : "l'accès à l'emploi des habitants", "le désenclavement et la fin de l'isolement des quartiers" et "l'éducation et la réussite". Comment répondre à des interrogations aussi cruciales en seulement trois heures ? Désolé de le dire mais ça sent l'opération "poudre aux yeux" façon Sarkozy.

D'ailleurs, je ne sais pas si l'information sur cette rencontre a été mal faite ou si les absents n'ont pas pris l'initiative au sérieux, mais je n'ai dénombré que 80 personnes présentes. Parmi elles, des jeunes, des présidents d'associations de quartiers (engagés depuis longtemps sur le terrain de la cohésion sociale) et quelques professionnels.

Au cours des échanges, une certaine tension s'est exprimée de la part de certains participants vis-à-vis des carences de la municipalité et de l'Etat sur les politiques urbaine, économique, associative et culturelle. Ce qui m'a le plus scandalisé, c'est l'absence massive des élus municipaux chargés des délégations concernées.

J'ai été le seul élu présent de bout en bout. Stéphane Salord a fait son tour de piste et puis s'en est allé. Bruno Genzana n'est arrivé qu'à l'extrême fin. Bruno de Fontgalland (adjoint de Luynes) a été un peu plus assidu. Geneviève Hamy (opposition) est restée un peu plus de temps. Quant à Maryse Joissains, annoncée à plusieurs reprises, elle n'est finalement pas venue. Je trouve ce comportement désinvolte et méprisant.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

En direct avec les habitants de la Pinette

a_la_pinette

(Clic sur les images pour agrandir)

Françoise Brassart (à gauche), Danielle Rumani-Elbez,

Lucien-Alexandre Castronovo et Michel Pezet

en discussion avec les habitants

antennes_a_la_pinette

24 antennes relais sur un même toit !

Il est des visites de terrain qu'on ne regrette pas d'accomplir plusieurs fois. Ainsi, samedi, nous sommes retournés sur le terrain à La Pinette pour y passer toute la matinée. Lors des deux précédentes, il y a un an, nous avions établi des constats sur les conditions de vie des habitants du quartier.

Suite aux interventions de Michel Pezet, des avancées ont pu être opérées. Des travaux de double vitrage, de réfection, de mise en sécurité et d'entretien ont été menés par l'OPAC Sud. Guidés par l'amicale des locataires, nous avons enregistré d'autres demandes : le problème des charges trop élevées, l'état de propreté à améliorer et le danger ressenti au sujet des antennes relais (24 sur un même toit !).

Nous avons fait le tour de tous les immeubles et grimpé plusieurs cages d'escaliers. Nos multiples discussions avec les résidants ont confirmé la nécessité de traiter le quartier dans son ensemble : cadre de vie, espaces verts à l'abandon et à aménager et activités à relancer pour les différentes classes d'âge de la population.

Cette nouvelle visite sur place a renforcé notre conviction que, mettre la vie des quartiers au cœur de la campagne des municipales, était notre priorité absolue.

Posté par CASTRONOVO à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Tu sais d'où je t'appelle ?

Grenelle de l'environnement. Gros succès ou usine à gaz ? Chacun croira ce qu'il veut : "Nous sommes sauvés !", "C'est déjà ça...", "C'est mieux que rien..." ou "Sauve qui peut !". Bref, on jugera aux résultats.

Mais, qui pourrait me dire, par exemple, pourquoi le thème des antennes relais n'a pas du tout été mis à l'ordre du jour ? Il me semblait bien pourtant que c'était une des mesures les plus évidentes à traiter. Le principe de précaution étant déjà inscrit dans la Constitution, il n'était pas difficile d'y recourir pour légiférer sur le sujet.

Mais, comme chacun sait, il faut que le business continue. 50 millions d'abonnés, des profits astronomiques (pub, télé…), des opérateurs que tout le monde connaît bien, un avenir radieux (ou de radiations…), faut pas gâcher le bonheur.

Un article dans "Le Canard enchaîné" de septembre révélait que, au bout de 10 ans, les utilisateurs intensifs de portables accroissent leurs risques d'avoir une tumeur cérébrale. Des enquêtes indépendantes recommandent de nouvelles normes d'exposition biologique, que ce soit pour les portables ou les antennes relais. 80% des études financées par des fonds publics concluent à l'existence d'effets sur nos organismes de l'exposition aux radiofréquences.

Pourtant, l'hypocrisie se poursuit. Même l'Afsset (Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail) s'y met en consultant principalement des experts qui ont une fâcheuse tendance à entretenir des liens plutôt amicaux avec les opérateurs.

Mais, pas d'affolement, la vie est belle. On se ruinerait pour le plaisir d'étonner nos interlocuteurs avec la spirituelle devinette : "Tu sais d'où je t'appelle ?" Jusqu'au jour où ce sera… de l'hôpital.

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sarkozy, le bienfaiteur humaniste qu'il nous fallait

sarkozy_ecolo

(Clic sur les images pour agrandir)

ecotaxe

mouloud_moquet

moralite

Posté par CASTRONOVO à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]