jeudi 25 octobre 2007

Au conseil, il faut avoir l'œil, l'oreille et le cerveau

Les tags sont allés se faire voir ailleurs

La Ville a décidé de renouveler le marché de lutte contre les tags. J'ai, une fois de plus, expliqué que les actes de délinquance se sont bel et bien déplacés dans le reste de la commune.

Chacun peut l'observer quotidiennement dans les moindres recoins de notre cité. Maisons, façades, portes, commerces, murs anti-bruit, panneaux de signalisation, rien n'échappe plus à l'attaque à la bombe.

Nous savons que le problème est difficile à résoudre, qu'il faudrait augmenter le nombre des équipes d'intervention et surtout coordonner le plan d'action sur tout le territoire. A l'heure actuelle, on mise tout sur le secteur sauvegardé, soit moins d'1% de la superficie de la commune, et on laisse pratiquement à l'abandon les 18.000 autres hectares. Cela manque de cohérence. Une remise à plat de l'ensemble du dispositif s'impose.

Le buzz continue pour les antennes relais

L'interpellation au sujet de la commission sur la téléphonie mobile a fâché l'adjoint à l'environnement. Notamment parce qu'elle rappelait tous les mauvais tours de la mairie. L'affaire, enclenchée depuis un an, n'a toujours pas enregistré de réponse concrète.

Les trois réunions qui ont eu lieu n'ont fait l'objet d'aucun procès-verbal. Les engagements de Maryse Joissains d'agir à l'OPAC pour faire étudier la question ont été dévoyés par son directeur et deux élus de sa majorité. Le projet de charte demandée, rédigée par les services de la mairie et non en commission, n'a même pas été envoyé avec la dernière convocation.

En séance publique du conseil municipal, Jules Susini a certifié que oui. Danielle Rumani-Elbez lui a rétorqué que, lundi, soit quinze jours après la réunion, elle n'avait toujours rien reçu !

Les membres initiaux de la commission avaient pourtant pris le soin de faire des propositions pratiques et de bon sens. Il n'en a été tenu aucun compte. Voilà pourquoi le buzz des antennes relais n'a pas fini de brouiller le message. Au grand dam des riverains exposés aux effets des installations sur leurs toits.

Le prix de l'eau fait des dégâts

Manigance en début de séance. Sur les tables, les élus ont découvert un rapport modificatif concernant les orientations budgétaires du service de l'eau et de l'assainissement. Alertés, mes neurones m'ont immédiatement recommandé d'exercer ma curiosité.

En apparence, les deux rapports étaient identiques. Ils indiquaient que la consommation des ménages avait fortement diminué, ce qui entraînait une baisse des recettes. Ils disaient aussi que de nombreux travaux avaient été entrepris et qu'une nouvelle station moderne (plus de 8M€) allait être lancée. Au total, sans que cela soit explicitement signifié, il était donc prévu d'augmenter les tarifs en 2008.

Il a fallu lire le texte jusqu'au bout pour y dénicher la feinte. Seul le dernier paragraphe avait été modifié : les prix ne changeraient pas. Pourtant, l'argumentation de l'ensemble du rapport conduisait tout naturellement à la première hypothèse. Et voilà que la conclusion prenait un tour incongru en totale contradiction avec la démonstration !

La vérité, c'est que les services avaient fait conscieusement leur travail et en avaient tiré les conséquences logiques. Mais, élections obligent, Gérard Bramoullé, adjoint aux finances, avait insisté en commission pour qu'on ne présente pas cette mauvaise nouvelle.

Mes remarques sur cette grossière supercherie ont eu pour effet immédiat de provoquer des contorsions alambiquées de la part dudit adjoint et de Jean-Yves Roure, adjoint délégué au service. Trop tard pour eux, tous les élus avaient compris et le dégât des eaux n'a pas pu être colmaté.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Plan de Campagne : De nouveaux recours

plan_de_campagne

150.000€ d’astreinte par salarié et par infraction constatée : c’est l’amende que demandent les syndicats CFDT et CGT contre les enseignes de Plan-de-Campagne qui sont illégalement ouvertes le dimanche.

Le recours en référé des deux syndicats, déposé devant le tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence, devait être examiné mercredi, à moins que l’audience ne soit renvoyée après les vacances scolaires.

Il fait suite aux recours déposés le 14 septembre devant le tribunal administratif par les deux syndicats afin de contester la validité des 135 arrêtés pris en juillet dernier par le préfet Michel Sappin et autorisant l’ouverture dominicale d’autant d’enseignes pendant 11 mois.

Les recours déposés devant le tribunal administratif suspendent les arrêtés préfectoraux. En clair, les enseignes concernées par l’arrêté préfectoral devraient rester fermées le dimanche, jusqu’au jugement du tribunal administratif.

Or, pour la CGT Commerces et services, une majorité des responsables des enseignes concernées “violent la loi et le disent publiquement.”

Le délai du préfet était une manœuvre qui devait permettre, selon lui, de trouver un accord, en attendant la rédaction d’un projet de loi sur le travail dominical annoncé pour la fin de l’année, puis sa discussion au Parlement début 2008.

Posté par CASTRONOVO à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Et maintenant l'ADN des sénateurs d'ici

hortefeux_content

(Clic sur l'image pour agrandir)

Mardi, quelques heures après le scrutin de l'assemblée nationale, le sénat a aussi procédé au vote sur l'ensemble du projet de loi relatif "à la maîtrise de l'immigration, à l'intégration et à l'asile", dans la rédaction du texte proposé par la commission mixte paritaire.

Pour les Bouches-du-Rhône, ont voté CONTRE : Jean-François Picheral, Jean-Noël Guérini, Jacques Siffre (PS), Robert Bret (PCF), André Vallet (UDF). Ont voté POUR : Jean-Claude Gaudin, Francis Giraud (UMP)

   NOMBRE DE VOTANTS : 326 sur 331 (5 sénateurs se sont esquivés)

   SUFFRAGES EXPRIMES : 321 (5 sénateurs se sont évanouis)

   MAJORITE ABSOLUE : 161

   POUR : 185      CONTRE : 136     ABSTENTION : 5

                              

     Groupe UMP

                 (156 sur 159)

                  POUR : 153      CONTRE : 1      ABSTENTION : 2

                        Non votants : le président du sénat UMP,

                                               le président de séance UMP

                                               et un sénateur UMP devenu député

     Groupe UNION CENTRISTE UDF

                 (29 sur 30)

                  POUR : 19      CONTRE : 8      ABSTENTION : 2

     Groupe RASSEMBLEMENT DEMOCRATIQUE ET SOCIAL EUROPEEN

                 (16 sur 16)

                  POUR : 7      CONTRE : 8      ABSTENTION : 1

     Groupe SOCIALISTE

                 (96 sur 96)

                  POUR : 0      CONTRE : 96      ABSTENTION : 0

     Groupe COMMUNISTE ET REPUBLICAIN

                 (23 sur 23)

                  POUR : 0      CONTRE : 23      ABSTENTION : 0

     Sénateurs NON INSCRITS

                 (6 sur 6)

                  POUR : 6      CONTRE : 0      ABSTENTION : 0

Le texte de la loi adoptée (lire surtout l'article 5 bis):

http://www.assemblee-nationale.fr/13/ta/ta0047.asp

L'analyse du scrutin avec les noms des sénateurs :

http://www.senat.fr/scrupub/2007/scr2007-15.html

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Au possible, nul n'est tenu, pas vrai ?

bernard_laporte

(Clic sur les images pour agrandir)

on_la_ramene_moins

Posté par CASTRONOVO à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]