mercredi 17 octobre 2007

Misère : A Aix aussi, y a le feu !

Saint_Eutrope_voiture_brulee

(Clic sur les images pour agrandir)

Merci à Jean-Pierre pour ces photos

Saint_Eutrope_feu_appartement

Saint_Eutrope_squatt_cave

A la cité Saint-Eutrope, mercredi et jeudi derniers, des voitures ont flambé. Vendredi soir, c'est un appartement qui a pris feu au même endroit. A quelques pas de là, on a aussi découvert des caves squattées. Quelques heures après, un incendie s'est également déclaré boulevard Gambetta.

Circonstances accidentelles ou actes criminels, nul ne connaît pour l'instant les origines de ces embrasements. Pour ce qui est des voitures, il ne fait pas de doute que les motifs sont liés aux phénomènes bien connus dans les banlieues des grandes villes.

Depuis plusieurs années, à intervalles réguliers, les services de la mairie et de la police sont confrontés à ces comportements desespérés, notamment dans les quartiers d'Encagnane et du Jas de Bouffan. Si tout cela est bien évidemment condamnable, on peut aussi y voir les signes d'un ras-le-bol des mauvaises conditions de vie dans lesquelles on laisse s'enfoncer des catégories sociales en difficulté.

L'annonce de la mort d'un SDF dans sa caravane en feu à Pont de l'Arc le 4 octobre n'est pas faite pour rendre optimiste. Ironie du calendrier, ce 17 octobre, c'est le 20ème anniversaire de la Journée mondiale du refus de la misère !

L'indispensable site de l'association ATD Quart Monde :

http://www.atd-quartmonde.org

L'annonce de la Journée mondiale de lutte contre la misère :

http://www.atd-quartmonde.asso.fr/rubrique.php3?id_rubrique=8

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Et si on parlait sérieusement du statut des élus ?

marianne_r_publique

J'exerce un mandat d'élu de base depuis pas mal d'années. Nous sommes plus d'un demi-million à avoir sollicité et obtenu les suffrages des Français. J'ai toujours défendu l'idée d'un statut clair et précis qui permette d'exercer la fonction en toute transparence. Si quelques progrès ont été accomplis en la matière, beaucoup reste à faire pour que la place et le rôle de l'élu soient pleinement reconnus, dans les droits et dans les devoirs.

A ce jour pourtant, la situation demeure lamentablement hypocrite pour la quasi-totalité des élus, soient-ils majoritaires ou minoritaires.

C'est un constat : le cadre général de la loi en vigueur est aussi insuffisant qu'imparfait. Voilà pourquoi il suscite des interprétations variables et offre un champ libre à des pratiques discutables qui sont loin de garantir le meilleur fonctionnement démocratique possible.

En effet, si la loi se fait fort d'énoncer quelques principes, elle ne contraint nullement les détenteurs de mandats électifs à des obligations assurant l'équilibre nécessaire et efficace entre, d'une part, l'exercice du pouvoir et, d'autre part, le contrôle par le contre-pouvoir.

Quant aux circonstances et aux conditions qui poussent ou non des citoyens à s'engager, il est notoire que de nombreux freins limitent l'accès de quantités de personnes aux fonctions d'élu(e)s. Il n'est ni juste ni équitable de ne pas indemniser correctement ceux qui veulent consacrer une grande part de leur temps au service du bien public, souvent parallèlement ou au détriment de leur vie professionnelle et/ou privée.

Enfin, je me suis toujours insurgé contre les dérives que l'Etat lui-même autorise et couvre avec complaisance et qui sont source permanente d'incompréhension et de critique de la part de la population. En ce domaine comme en bien d'autres (entreprises, fiscalité, sports, show business… pour ne citer que les plus voyants), un peu d'ordre et de morale ne seraient assurément pas de trop.

Une vidéo qui dit tout sur les retraites spéciales des grands élus… http://www.dailymotion.com/tag/HORTEFEUX/video/x32i9x

Posté par CASTRONOVO à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]