mardi 11 septembre 2007

Guérini pour un projet d'intérêt communal

A Marseille, la bataille des municipales va donc se jouer entre Jean-Claude Gaudin et Jean-Noël Guérini.

Ce qui m'a le plus frappé dans la déclaration du candidat socialiste, c'est l'annonce concernant sa conception pour constituer une équipe.

Guérini envisage de rompre avec les schémas traditionnels des alliances fondées exclusivement sur la culture commune de la gauche. Il compte faire appel aux compétences, y compris au-delà des frontières de son camp. Pour se présenter comme un rassembleur, il exclut les discussions entre appareils sans toutefois rejeter les courants de pensée.

Il y a là comme une ressemblance de méthode avec la stratégie que déploie Nicolas Sarkozy depuis son élection, même si, évidemment, ce n'est pas pour défendre les mêmes idées. C'est le signe que les cloisonnements ne seraient plus des garanties suffisantes pour répondre aux problèmes de la population.

Guérini privilégie l'idée de projet qu'il met au-dessus des constructions politiques négociées entre partis. Cela fait penser aux regroupements que l'on observe dans les villages sous l'appellation de listes d'intérêt communal. Et après tout, qu'on aime ou pas Guérini, n'est-ce pas là peut-être ce qu'attendent les électeurs ?

Je ne suis pas étonné par cette novation. A Aix, ce type de démarche est en gestation depuis quelques temps. Avec, sans doute, un terrain plus favorable qu'à Marseille, eu égard à un contexte socio-politique aixois plus prompt au dialogue et au dépassement des causes particulières et partisanes. La tâche peut être plus aisée pour donner consistance à notre capacité de faire converger des forces et des volontés partageant des conceptions voisines sur ce qu'est l'intérêt général, hors les clans.

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]