lundi 10 septembre 2007

Municipales et cantonales : Campagne ou castagne ?

Après la série "Qui sera maire d'Aix en 2008 ?" (six articles du 19 au 23 juin et le 18 juillet) dans laquelle je retraçais un historique des municipales depuis les années 60 jusqu'à 2001 et où je faisais un tour d'horizon de la situation politique présente et des perspectives pour 2008, voici une nouvelle rubrique, "Ah ! Que la campagne est belle !", qui durera jusqu'à l'élection du nouveau maire. Top départ.

Ce samedi, je me suis rendu à plusieurs manifestations organisées à Aix : en particulier le forum des associations aux Milles, le salon des sports au Val de l'Arc et la fête de quartier à Encagnane. Pas de doute, avec ces trois événements là, c'est la vraie rentrée. L'occasion aussi de humer l'air politique avant la grande confrontation des municipales et des cantonales de mars prochain.

On sent bien que mes collègues, candidats ou futurs membres d'équipes, sont venus faire acte de présence et s'épier les uns les autres. Ici, un dialogue entre élus pas vraiment du même bord. Là, des groupes déjà décidés à travailler ensemble. Là, encore, des élus qui vous balancent les dernières infos sur les intentions plus ou moins avérées de ceux qui prétendent se lancer dans la bataille.

Certains scoops sont tellement énormes qu'on se demande si ce n'est pas de la pure intox destinée à terrasser les adversaires. Poker menteur ou billard à trois bandes, chacun utilise ce qu'il croit pouvoir maîtriser le mieux. Alors, forcément, on se met à recouper "les infos", à vérifier si elles tiennent la route et à construire des stratégies.

Le pire, ce sont les confidences que des élus, et pas des moindres, vous glissent aux oreilles, sur leurs propres collègues ! J'ai ainsi entendu dire que Maryse Joissains fait tout pour que Bruno Genzana ne soit pas photographié à côté d'elle. Que Jean Chorro ne parle plus à ce dernier depuis deux ans. Qu'il ironise sur ses "ateliers de l'avenir" en les nommant "les ateliers du souvenir".

Au fil des heures, on apprend aussi que Bruno Genzana ferait une déclaration mais mi-figue mi raisin comme à son habitude : un pied dedans, un pied dehors. Une fois, on vous certifie qu'il fera sa liste, une autre, qu'il rentrera dans la niche.

Quant à Stéphane Salord, en disgrâce auprès du maire, il suit Bruno Genzana. Jean-Pierre Bouvet, lui, est déjà rentré dans le rang : il sera candidat au renouvellement de son mandat de conseiller général mais, indésirable, ne fera pas partie de l'équipe du maire sortant. Il n'a d'ailleurs pas participé à l'université d'été aixoise de l'UMP réduite à quelques dizaines de copains.

Au centre et à gauche, ce n'est guère plus simple. Chacun cherche chacun et l'on va assister à des déclarations diverses sur les candidatures socialistes et les choix possibles entre partenaires. On jauge le poids des uns et des autres, on évalue les alliances potentielles et on échafaude les hypothèses gagnantes.

Pas de doute, les semaines à venir vont être passionnantes. Je ne manquerai pas de vous tenir régulièrement au courant.

                        

Les six articles "Qui sera maire d'Aix en 2008 ?" sont regroupés dans cette même catégorie "Ah ! Que la campagne est belle !" (colonne des catégories en haut à gauche)

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]