jeudi 19 juillet 2007

Gros temps sur la mairie : Recours, mise en examen...

Le temps s'obscursit et l'ambiance commence à se faire lourde du côté de la mairie. La chaleur revenue n'y est pourtant pour rien. Au contraire, on peut même parler de mauvais temps. En une semaine, on apprend par la presse deux nouvelles dont on se serait bien passé.

La première a trait aux élections législatives. Un recours a été déposé par un fonctionnaire municipal assermenté au sujet de la tenue des listes électorales d'Aix.

Sont évoqués de nombreux dysfonctionnements, des irrégularités dans les révisions des listes, des inscrits radiés sur commande, d'autres retirant des cartes sans habiter sur la commune, des cartes qui reviennent (plusieurs milliers), bref des accusations graves qui pourraient entacher la validité des résultats.

Le Conseil constitutionnel aura à se prononcer sur ce dossier et faire la clarté sur les arguments avancés par le recours.

La seconde concerne l'interminable affaire du désamiantage de l'ancien  porte-avion Clemenceau. Quatre personnes ont été mises en examen dans le cadre d'une enquête portant sur des opérations financières suspectes, des surfacturations liées au marché passé avec une société du Pays d'Aix.

Parmi les quatre, on découvre le nom d'un responsable d'entreprise, Jean Zozor, par ailleurs adjoint au maire d'Aix.

Certes, s'il convient d'appliquer le principe de la présomption d'innocence, on ne peut s'empêcher de constater que l'impact de cette information est fort sur la vie publique aixoise.

On pourra toujours rétorquer qu'il n'y a pas de lien entre une responsabilité professionnelle et un mandat d'élu. Mais, dans l'esprit des gens, la mise en examen ne s'embarrasse pas de cette distinction.

Mardi, la presse semblait dire qu'il serait trop facile de moraliser sur le fait que cet adjoint est de droite et que la gauche, en son temps, avait fait l'objet d'un rapport de la Chambre régionale des comptes. Sauf que, si, ici et là, quelques erreurs de gestion ont pu être relevées dans ce second cas, aucun élu n'a jamais fait l'objet d'une quelconque mise en examen, ni d'une condamnation. On ne peut comparer que ce qui est comparable.

Pour la suite, attendons de voir ce qu'il en est vraiment pour ces deux récentes nouvelles et si un air frais reviendra sur la ville.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Plan de Campagne : Alors, on l'applique la loi ?

Plan_de_Campagne

Et une décision de justice de plus contre l'ouverture dominicale !

N'est-ce pas suffisant ? Va-t-on continuer encore longtemps comme ça ?

Le 27 juillet prochain, date limite des dérogations de complaisance, les 152 commerces de la zone commerciale hors-la-loi devront clore boutique.

Oui, la loi, c'est la loi et il faudra bien que ces grandes enseignes s'y plient.

La décision de mardi du Tribunal de grande instance d'Aix interdit à quatre grands magasins de faire travailler leurs employés – contraints et forcés à cause de salaires de misère ! – le dimanche, sous peine d'une astreinte de 5.000 € par salarié, durant trois mois.

D'illégalités couvertes par le préfet en autorisations municipales calculées, de tergiversations diverses en ruses de mauvaise foi, de contournements du droit du travail en chantages sur les pertes d'emplois, de pressions sur les personnels en bénéfices faits sur leur dos, la situation dure depuis plusieurs décennies.

Le nouveau préfet de région va-t-il emboîter le pas de son prédécesseur qui n'a cessé de donner de bien mauvais exemples en s'asseyant sur le code du travail ?

Que veut dire son souhait de négociations entre tous les acteurs afin d'étudier "une éventuelle dérogation supplémentaire jusqu'au texte de loi qui figera les choses dans un sens ou un autre" ?

Où a-t-on vu qu'on puisse violer une loi en attendant qu'une autre la remplace ?

L'Etat est le premier à ne pas se conformer au droit. Il porte une lourde responsabilité et, pire, il encourage la fraude et la délinquance des grosses enseignes.

Pendant ce temps, le gouvernement joue le donneur de leçons de morale en faisant voter une loi sur la récidive ! Belle contradiction, non ?

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]