jeudi 12 juillet 2007

Turbulences en Pays d'Aix

Pertuis : La chirurgie disparaît

La casse du service public de santé est en marche, qu'on ne se fasse plus d'illusions. Le service de chirurgie de l'hôpital a été définitivement fermé ce lundi. C'est l'Agence régionale de l'hospitalisation (ARH) qui l'a annoncé. La décision n'est pas sans importance. Plus aucune opération ne sera pratiquée dans cet hôpital. Selon le directeur de l'agence, le projet de chirurgie ambulatoire, mis en avant et défendu par le conseil d'administration et par un cabinet d'études, ne permettait pas de régler les problèmes financiers. Alors que des rénovations et des aménagements avaient été entrepris, le couperet est tombé. Le service de santé de proximité disparaît. Même si, dans le proche avenir, les crédits accordés à la chirurgie devraient être répartis sur l'ensemble de l'établissement pour développer les soins de suite et les urgences et rénover le service de la maternité.

Plan de Campagne : Toujours dans l'illégalité

Mardi, au tribunal de grande instance d’Aix, plusieurs enseignes de Plan de Campagne, qui avaient passé outre à l'obligation de fermer le dimanche en avril dernier malgré une interdiction par arrêtés, étaient assignées par les syndicats. Si certains salariés étaient venus expliquer leur inquiétude de voir des emplois supprimés, étaient également présents les représentants des syndicats CGT et CFDT. La décision du tribunal, mise en délibéré, ne sera connue que le 17. Va-t-on enfin avancer pour remettre cette zone commerciale sur le chemin du respect du droit ?

Ventabren : Qui a tourné casaque ?

Si l'on a bien compris, les onze élus de l'équipe de Claude Filippi qui ont démissionné reprochent au maire un comportement une peu trop personnel une exagération des frais de représentation. Ils ont décidé de ne plus lui témoigner leur confiance. Le maire reproche aussi maintenant à son ex-première adjointe d'usurper le sigle UMP. Cette dernière lui renvoie méchamment la balle en rappelant que Claude Filippi a tourné casaque entre les deux tours de la présidentielle en soutenant Sarkozy après avoir voté Bayrou. Difficile de s'ériger en donneur de leçon quand on prend le train en marche.

Cabriès : Ça tangue

Le dernier conseil municipal ne s'est pas déroulé dans un climat serein. Les reproches adressés par les opposants à Hervé Fabre-Aubrespy concernaient ses choix politiques et sa manière de gérer les affaires de la commune. Le maire se targue de savoir ce que pensent les habitants mais ces derniers ne siègent évidemment pas au conseil. Pourtant les questions posées par les élus de l'opposition et les observations détaillées précises qui les accompagnaient semblent bien lui donner tort. Lors d'une réunion publique sur l'habitat, l'ambiance n'était pas non plus à la sérénité, ce qui est toujours mauvais signe pour la qualité de la démocratie.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le style sportif de Sarko laisse à désirer

Logo_Courrier_international

Courrier international du 28 juin 2007 a publié un intéressant article signé par Geneviève Grimm-Gobat, journaliste et professeur de sport, sur le style sportif du président. Un portrait bien brossé…

Nicolas Sarkozy n’a rien inventé. Bien avant son arrivée à l’Elysée, le style présidentiel sportif s’était incrusté à la Maison-Blanche. Dans les années 1930 déjà, Roosevelt y installait un court de tennis, puis Eisenhower, un green. Les foulées des présidents Carter, Clinton et Bush ont été longuement filmées.

Une image de dynamisme et d’efficacité que le nouveau président français a reprise à son compte. Il court dans le bois de Boulogne, à Malte, au fort de Brégançon, lieu officiel de villégiature du président de la République française.

Son jogging a fait la une des quotidiens et magazines et l’ouverture des journaux télévisés, au point de marquer symboliquement les premières images de sa présidence. Mais, il faut le reconnaître, Nicolas Sarkozy court très mal. Sa foulée est d’une inefficacité ahurissante pour un homme qui se veut synonyme d’efficience.

Lorsqu’ils courent avec lui, François Fillon et ses gardes du corps doivent tirer sérieusement le frein pour ne pas le dépasser. Son déplacement est laborieux. Ses rictus de souffrance accompagnent des efforts bien mal récompensés, parce que mal investis. Puisse sa politique ne pas subir le même sort !

Comment expliquer un pareil écartement des jambes ? Ses pieds orientés à 11 heures 5, voire 10 heures 10 évoquent Chaplin, mais ne favorisent pas sa course. Idem pour le moulinet du bras droit. Quant à sa foulée rasante, due à un cycle arrière quasi inexistant, elle ne lui permet pas de rebondir, mais le scotche carrément au sol.

Une analyse biomécanique révèle que l’amplitude et la fréquence, deux paramètres essentiels pour une progression rapide, font défaut. Les balancements latéraux des bras, totalement inefficaces, coûtent de l’énergie à chaque foulée. La pose du pied, l’inclinaison du buste, la musculature insuffisante ainsi qu’une surcharge pondérale constituent autant de problèmes à corriger, selon Renaud Longuèvre, expert consulté par L’Equipe (édition du 26 mai 2007).

Bien courir n’est pas une faculté innée, n’en déplaise à Nicolas Sarkozy. Comme le saut à la perche ou le lancer du poids, la course à pied requiert une technique. Sans s’abaisser à rejoindre un club de la Fédération française d’athlétisme pour se faire conseiller par un entraîneur compétent, le nouveau président pourrait tirer profit de la technique Pose. veloppée par Nicholas Romanov, un Sibérien spécialiste de la biomécanique du sport, la technique Pose peut se résumer pas ce conseil : “Cours comme si tu te déplaçais sur des charbons ardents.”

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]