samedi 23 juin 2007

Qui sera maire d'Aix en 2008 ? (5…)

A Aix, ces 40 dernières années, aussi paradoxal que cela puisse paraître, au total, la gauche a exercé le pouvoir municipal pendant 23 ans et la droite seulement 17.

Après la très longue période du maire Henry Mouret, élu de 1945 à 1967, le socialiste Félix Ciccolini a exercé deux mandats jusqu'en 1978. Ce fut une période où Aix se distingua par une succession d'annulations des élections.

En 1983, année où fut appliquée la réforme du mode de scrutin voulue par François Mitterrand, permettant à l'opposition d'être représentée, deux listes de gauche, l'une menée par Jean-Pierre Rozan, socialiste qui a ensuite rejoint le RPR (!) et l'autre par l'avocat Yves Kleniec, plus à gauche, ont été battues mais ont obtenu 14 élus.

La gauche est revenue à la mairie pour deux mandats, de 1989 à 2001, grâce à Jean-François Picheral qui fut le premier adjoint de Félix Ciccolini. Les mandats des deux maires de gauche n'ont pas eu à souffrir de remous politiques internes saillants.

Sur ces bases, Aix a connu deux périodes de mutations et de renouveau démographique et urbanistique. L'arrivée des rapatriés d'Algérie a accéléré la construction d'Encagnane et le lancement de l'urbanisation du Jas de Bouffan. Les années 90 ont été fastes pour le développement économique qui a vu plus de 10.000 habitants s'installer à Aix et qui a permis de promouvoir une politique d'équipements structurants.

Aujourd'hui encore, l'essentiel des grands projets qui trouvent leur achèvement (centre chorégraphique, salle de spectacles, musée Granet, Sextius-Mirabeau…) ont été décidés et lancés par Jean-François Picheral.

Et maintenant que va faire la gauche ?

L'analyse objective des conditions de chaque victoire de la gauche montre que les Aixois ont fait confiance à des équipes positionnées à gauche et au centre par le biais de représentants de la société civile, porteuses de grands projets de développement économqiue, urbanistique, culturel et social.

Pour 2008, et après les évolutions politiques des élections nationales que nous venons de vivre, la question sera de savoir si ce schéma est toujours viable pour une reconquête de la mairie.

A ce jour, deux voies se dessinent : l'une visant une union de toute la gauche, prônée par Alexandre Medvedowsky, et l'autre souhaitant une alliance transversale avec la gauche, le centre et la société civile, défendue par Michel Pezet, soutenu par Jean-François Picheral et André Guinde.

Les autres formations de gauche (PRG, Verts, PCF, extrême gauche) n'ont pas fait connaître leurs préférences officielles. Quant au MoDem, le positionnement de François-Xavier de Peretti, candidat déclaré à la mairie, aura une importance déterminante pour la dynamique qui pourrait s'engager contre la municipalité sortante.

En résumé, pour l'ensemble des forces de gauche, du centre et de droite, s'achemine-t-on vers une triangulaire ou plus ? Y aura-t-il une ou deux listes à gauche, une ou deux listes à droite ? Le centre, lui, semble bien devoir être l'arbitre…

On me permettra d'ajouter ici, à titre personnel, que j'ai connu les six maires de l'ère moderne et siégé dans les trois dernières municipalités mais toujours du même côté. On m'autorisera aussi à exprimer ma profonde gratitude et ma sincère amitié à l'endroit de deux grandes personnalités qui me sont chères et auprès desquelles j'ai beaucoup appris. Je dois au bâtonnier Yves Kleniec de m'avoir accordé le premier sa pleine confiance et à Jean-François Picheral de m'avoir fait l'honneur de pouvoir servir à ses côtés.

(La série "Qui sera maire d'Aix en 2008 ?" comporte 5 articles datés du 19 au 23 juin. Evidemment, je ne manquerai pas de publier d'autres articles au fil des jours en fonction l'activité liée aux municipales.)

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Gauche aixoise : Quel pari stratégique ?

La défaite de la gauche en 2001, à 550 voix près, a créé un clivage de plus en plus visible depuis deux ans au sein du parti socialiste. D'un côté, l'axe Michel Pezet soutenu par Jean-François Picheral et André Guinde. De l'autre, l'axe Alexandre Medvedowsky estimant représenter la gauche.

Les déclarations dans la presse, les sphères qui s'organisent autour de chacun des deux candidats semblent écarter la possibilité d'un travail en commun. Les différences portent sur leurs positionnements au sein de l'échiquier politique mais aussi sur des antagonismes plus personnels.

Les plus récentes déclarations d'Alexandre Medvedowsky, après son échec aux législatives avec un score de 45%, ne laissent pas de doute sur sa volonté d'être candidat à la mairie si le parti socialiste lui accorde l'investiture.

Le communiqué de presse publié jeudi par Michel Pezet formalise sa volonté d'être candidat tout en précisant les contours de son positionnement de gauche allié au centre sur la base d'un projet fédérateur plus transversal.

Dans les deux cas, cela ressemble à un pari stratégique dont la réussite dépendra aussi de l'état de la droite.

Posté par CASTRONOVO à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Arrêt pour "Arrêt sur images" ?

daniel_schneidermannarret

Tous les médias sous contrôle ? A part Le Canard enchaîné, Charlie Hebdo, Marianne et encore quelques rares programmes impertinents, comment assurer le pluralisme et le droit de critiquer ?

Va-t-on accepter sans rien dire que la presse soit concentrée entre les mains de trois grands groupes ?

Comment assurer pleinement la liberté de la presse et l'indépendance des journalistes ? Est-il admissible que le journal économique Les Echos soit mis sous tutelle ?

Est-il normal qu'un conseiller du président soit infiltré à la direction de TF1 ? Pourquoi supprime-t-on l'émission "Arrêt sur images" ? La télévision doit-elle être dérangeante ou lisse ?

Pour signer la pétition de soutien au maintien de l'émission :

http://arret-sur-images.heraut.eu//

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Sarkozy est aussi un bateleur

little_big_man

(Clic sur l'image pour agrandir)

Pour peu, il nous ferait croire qu'il a inventé l'Europe !

Posté par CASTRONOVO à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]