mercredi 13 juin 2007

Les bistrotiers veulent terrasser la mairie d'Aix

terrasses

Quoi qu'ils en pensent, la loi passera !

"Guerre des terrasses" : mots étranges pour ce qui ne doit relever que de la loi mais qui fait penser à de drôles de méthodes !

Certains commerçants seraient-ils au-dessus de la réglementation ?

Depuis la rénovation du cours Mirabeau, il y a plus de six ans, ils savaient qu'ils allaient devoir se conformer à des conditions strictes d'usage de l'espace public dans le centre ville.

Le conseil municipal a délibéré à plusieurs reprises sur les limites à respecter par tous et sur les taxes applicables aux terrasses.

La mairie a peut-être commis des maladresses dans le dialogue et des erreurs dans les démarches pour la gestion de l'espace public concédé aux terrasses et aussi aux forains des marchés. Elle a peut-être aussi mis du temps à agir – le laxisme crée toujours des situations où des gens se croient tout permis – mais on ne peut pas lui reprocher de recourir au tribunal pour que la loi passe.

Et voilà que 23 propriétaires d'établissements sont renvoyés devant la justice pour infraction à la loi.

Ce qui est encore plus scandaleux, ce sont les menaces proférées tous azimuts par le représentant de cafetiers et restaurateurs.

Pierre Alfonsi n'en est pas à sa première incartade.

Ses propos démagogiques, et même extrémistes, sont inadmissibles.

Est-il le seul à "travailler de douze à quatorze heures par jour" ?

Est-il le seul à "créer de la richesse et des emplois" ?

Quelle conscience a-t-il pour crier au complot dont il serait toujours la victime ?

Se prend-il pour un super citoyen, qu'il est loin d'être, en mettant en cause la légitimité des élus et de leurs pouvoirs républicains ?

Qui se croit-il pour juger les capacités professionnelles des élus ?

Quel démocrate est-il pour s'arroger le droit de menacer de perturber le conseil municipal ?

Quel mégalomane est-il pour penser qu'il serait faiseur ou casseur de maire ?

Quel idée se fait-il de la prétention et du rôle de son syndicat à obtenir gain de cause sur des bases d'illégalité ? N'a-t-il pas lui-même porté plainte, comme Joissains d'ailleurs – coïncidence ou connivence (?) – contre certains syndicats au moment de la crise des intermittents du spectacle sous le prétexte d'une perte du chiffre d'affaires (jamais justifié) pendant que les manifestants jouaient leur survie ?

Enfin, quelle mentalité haineuse a-t-il pour stigmatiser les SDF qui, selon lui, auraient carte blanche de la mairie (alors qu'ils subissent procès sur procès) pour occuper l'espace public ?

Je m'élève contre les comportements et les propos de ce provocateur qui ne mérite pas le nom de "monsieur".

Ne lui en déplaise, la loi passera !

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fillon inaugure le TGV… en avion !

TGV_en_avion

(Clic sur l'image pour agrandir)

"Le premier ministre François Fillon a inauguré le TGV-Est samedi 9 juin.

Et terminé cette inauguration par un discours à vous tirer les larmes écologiques du corps sur les bienfaits et les avantages du train sur toute autre mode de transport.

Sauf que, contrairement à ce qu’ont raconté les journalistes à qui les services de communication de Matignon l’avaient raconté, le premier ministre a fait semblant d’être dans la voiture de queue et n’a pas fait le trajet en train : il est monté discrètement à bord lors d’un arrêt à la gare Lorraine, descendant d’un avion spécial, quelques kilomètres avant le terminus, de façon à être accueilli en fanfare à l’arrivée.

Belles images garanties ; grosse émission de gaz à effet de serre garanti aussi.

Il a fallu une indiscrétion pour que ce mensonge soit révélé deux jours plus tard.

Autrement dit, faut pas confondre la communication avec la réalité.

Quand à la présidente de la SNCF, madame Idrac, sans doute peu convaincue des avantages écologiques de ses trains, elle a fait la même chose, gagnant le Luxembourg, une des stations de ce TGV inaugural, en avion.

Elle appelle cela, tout comme pour Fillon, une fois les supercheries dévoilées : un voyage "multimodal". C’est-t-y pas beau comme expression ?

On se demande jusqu’à quand les politiques continueront à mentir de cette sorte ?

Peut-être jusqu’au moment où les télévisions donneront autant d’importance aux mensonges qu’à la communication.

A part cela, ce n’est pas la biodiversité qui s’annonce à l’Assemblée Nationale…"

Article tiré du blog de Claude-Marie Vadrot :

http://horreurecologique.blogspot.com

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]