antennes__Odyssee

(Clic sur l'image pour agrandir)

Huit mois après l'alerte donnée par les habitants de plusieurs quartiers sur le problème des antennes relais, la commission d'étude mise en place par le conseil municipal en mars s'est enfin réunie mercredi en présence du maire. Mais l'improvisation continue…

Alors, y a-t-il du nouveau ?

Etaient présents deux élus de la majorité et deux pour l'opposition. Il y avait les services, des associations de quartiers et des personnalités qualifiées comme cela avait été établi par la délibération. Sauf que… une association spécialisée et indépendante (CRIIREM), voulue par mes collègues de gauche, n'était pas là ! La faute en revient au cabinet du maire qui, après s'être engagé à la contacter, n'a pas donné suite.

Danielle Rumani-Elbez (PRG), accompagnée de Cyril di Méo (Verts), a rappelé avec force que c'était là une des conditions pour le sérieux des travaux et qu'elle avait pris soin d'insister là-dessus lors de divers contacts qu'elle a eus avec le cabinet du maire.

Réagissant comme par coup de sang, le maire a dit qu'elle était d'accord et s'en pris à son entourage immédiat. Belle cacophonie.

Dans ces circonstances, la réunion n'est pas allée bien loin.

Le maire a demandé qu'on en organise une autre dans les dix jours en présence de ladite association. Cela fera perdre encore un peu de temps mais on commence à en avoir l'habitude.

Rappelons que les riverains avaient saisi la mairie en octobre par pétition et par lettres recommandées pour que l'on étudie le principe de précaution comme dans beaucoup d'autres villes. Nous avions nous-mêmes posé une question orale au conseil municipal de décembre. En janvier, le dossier avait été reporté à cause de l'absence du maire. En février, le dossier n'était toujours pas inscrit à l'ordre du jour par "oubli".

En mars, une discussion a eu lieu et la création de la commission a été décidée. Dans tout ce laps de temps, le maire avait donné des instructions écrites au directeur de l'OPAC pour désactiver les antennes posées sur les bâtiments HLM de l'Odyssée à Encagnane. Ses adjoints ont fait des déclarations contradictoires et les antennes sont toujours là. Voilà où en est la situation.

Va-t-on enfin arriver à prendre la chose au sérieux ?

Pour plus d'informations sur les étapes successives de cette affaire, voir la rubrique "quartier Encagnane", côté droit du blog.

(La photo représente le bâtiment HLM de l'Odyssée.)