lundi 4 juin 2007

Le tableau noir du "travailler plus"

tableau_noir

Il n'est pas difficile de comprendre que la réforme annoncée sur les heures supplémentaires n'est que de la poudre aux yeux. Un simple calcul montre à quoi cela peut mener.

     Un patron a 10 employés qu’il paie 10 euros brut de l’heure pour 35 h.

Ÿ Question 1 :

    Sachant que le taux de charge patronal est de 50% du brut, combien lui coûtent 350 h de travail par semaine ?

10 employés X 35 h = 350 h travaillées

350 h X 10 € = 3500€

3500€ + 50% (charges) = 5250€

Ÿ Question 2 :

   Si les heures supplémentaires sont exemptées de charges sociales, sachant qu'elles seraient payées 10% de plus (contre 25% avant que la droite ne revienne au pouvoir), le patron licencie un employé et fait faire des heures supplémentaires aux 9 autres. Combien coûtera cette même semaine de travail au patron ?

9 employés X 35 h = 315 h travaillées

315 h X 10 € = 3150€

3150€ + 50% (charges) = 4725€

+ 35 h supplémentaires (35 h X 10€ + 10% = 385€) = 5110€

Ÿ Question 3 :

    Combien d’emplois créés ? Zéro

Ÿ Question 4 :

    Combien de chômeurs en plus ? Un

Ÿ Question 5 :

   Et l’équilibre de la Sécurité sociale et Assedic ? Le déficit est accru de 175€ par semaine en recette + un chômeur à payer en plus.

Ÿ Question d’approfondissement :

   Imaginons quel serait le résultat dans la grande distribution ou toute autre industrie de main d'œuvre (à multiplier par 52 semaines par an).

Voilà pourquoi on parle globalement d'un coût de 4 à 5 milliards d'euros à charge de l'Etat pour l'exonération ou la défiscalisation des heures supplémentaires ! Tant qu'on y est, pas la peine de se gêner pour aggraver le déficit des comptes de la nation... au profit des employeurs.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Travail : Sauver le dimanche

sauver_le_dimanche

(Clic sur l'image pour agrandir)

En pays d'Aix, la question de l'ouverture dominicale de la zone commerciale de Plan de Campagne n'en finit pas d'être posée et... non résolue.

Certaines grandes enseignes ne respectent plus la loi et attendent que le nouveau gouvernement modifie – voire plus – le code du travail.

Leurs arguments ne sont que commerciaux et ne prennent pas en compte les aspects salariaux et humains de ceux qui doivent renoncer à leur repos du dimanche. En outre, beaucoup d'emplois sont des CDD et mal payés, ce qui oblige les salariés à cumuler des heures soi-disant mieux payées au lieu de voir le taux horaire bien rémunéré.

La vraie question est donc bien celle de la juste rétribution du travail et non les heures à rallonge pour essayer d'atteindre un semblant de salaire correct.

Certaines corporations du commerce ont analysé la réalité économique de la situation et se battent maintenant pour le repos dominical.

Dix fédérations patronales et cinq syndicats de petits commerçants ont lancé une campagne nationale en faveur du maintien du repos dominical. Des milliers d'affiches représentant un pull détricoté avec le slogan "Ne tirons pas sur la corde" ont commencé à être distribuées.

Pour en savoir plus :

www.reposdominical.com

Posté par CASTRONOVO à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Tu vas à quelle école, toi ? (2)

Carte scolaire : Assouplir, réformer, supprimer ?

carte_scolaire

(Clic sur l'image pour agrandir)

La position la plus extrême est celle de Nicolas Sarkozy pour qui il faut supprimer la carte scolaire, laisser le libre choix aux familles et parallèlement donner plus d’autonomie aux établissements.

Cette position libérale repose sur une vision de l’éducation comme marché scolaire dans lequel une offre de formations et une demande d’éducation se rencontrent, la concurrence sanctionnant les établissements "les moins bons", les moins performants et récompensant "les meilleurs".

Mais, outre que cette vision de l’éducation peut inquiéter (négation de la mixité, sélection des élèves et hiérarchisation accrue des établissements), elle est de plus une mauvaise représentation de la réalité.

En effet, tous les acteurs ne sont pas à même de tirer profit de cette concurrence dans l’offre scolaire. Les familles les plus favorisées seront les plus capables de choisir les "meilleurs" parcours scolaires pour leurs enfants, tandis que les familles modestes risquent de se retrouver "captives" et devant une offre scolaire moins diversifiée et moins socialement valorisée, même à "potentiel égal" de leurs enfants.

Plusieurs personnalités politiques et du monde de la recherche plaident pour une réforme de la carte scolaire mais mettent en garde contre les effets pervers (et l’hypocrisie) de sa suppression, en proposant des solutions différentes : assouplissement (possiblement expérimental) pour certains, renforcement pour d’autres.

L’objectif qui semble demeurer prépondérant pour beaucoup est celui de la recherche de la mixité, mais différentes voies sont proposées :

- Recherche de la mixité spatiale à défaut de mixité scolaire pour certains : assouplir la carte scolaire afin de faire revenir dans certains quartiers des classes sociales qui avaient fui la dégradation des établissements du secteur.

- Prise en compte du privé sous contrat dans la sectorisation pour d’autres afin de limiter les fuites.

- Enfin, mise en place effective de la mixité sociale dans les établissements par l’obligation d’avoir un public socialement diversifié.

La suite demain.

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sarko écolo avant les autres

especes_menacees

(Clic sur l'image pour agrandir)

On sait qu'il existe un trafic de bois tropicaux, d'ivoire d'éléphants, de cornes de rhinocéros, de bébés singes, de tortues égyptiennes, de peaux de félins. Mais on connaît peut-être moins celui d'anguilles européennes, très prisées par les Japonais, ou de poissons-scies vendus vivants pour les aquariums et dont la viande et les nageoires sont consommées. L'achat de ces animaux menacés de disparition est interdit ou réglementé. Il faut donc protéger 5.000 espèces animales et 28.000 espèces végétales.

La 14e conférence de la Convention de Washington, qui a lieu tous les trois ans et dont 171 pays sont signataires, s’est ouverte dimanche à La Haye (Den Haag), aux Pays-bas. 2.500 experts, diplomates et représentants d'ONG se réunissent jusqu’au 15 juin pour tenter de renforcer la réglementation sur le commerce des espèces sauvages (faune et flore). En France, comme pour beaucoup d'autres dossiers, Sarkozy a des idées sur tout… et là, franchement, avec la Mireille, il tient un bon bout.

Posté par CASTRONOVO à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]