jeudi 31 mai 2007

De quoi se prendre le toit sur la tête

emprunts

La politique a-t-elle encore du sens ? Comment faire pour avoir un toit ? Avec l'emploi, le logement est l'un des problèmes les plus urgents à résoudre. Si l'Etat peut impulser la mise en place de mesures pour faciliter des solutions, les collectivités ont aussi un rôle essentiel à jouer. Or, à l'heure actuelle, le gouvernement cafouille et la Ville d'Aix a tourné le dos à toute volonté.

Déductions fiscales, c'est le flou

On nous a parlé de maison à 100.000€. Puis, de prêt à taux zéro. Ensuite, de crédit possible sur 50 ans. Maintenant, de déductions fiscales sur les intérêts d'emprunts pour acheter un logement. Comment s'y retouver ?

La première interrogation est : les gens ont-ils assez pour vivre et donc pour se lancer dans l'acquisition d'un toit ? Je doute que ce qui est proposé par le gouvernement puisse apporter le moindre baume au cœur des foyers les plus économiquement fragiles.

Pour l'instant, d'ailleurs, ce n'est pas clair du tout. Quel serait le plafond du montant des intérêts d'emprunts pouvant être déduits ? Quelles catégories d'accédants seraient concernées ? Quelle serait la durée de la mesure ?

La seconde interrogation est : selon quelles modalités seraient calculées les déductions fiscales ? Si l'on retenait seulement le critère de l'emprunt, ce seraient les plus favorisés qui en profiteraient le plus comme un cadeau fiscal. Si la déduction était soumise à conditions de ressources, la mesure serait plus adaptée et plus juste, sauf que les ménages non assujettis à l'impôt en seraient exclus de facto. Mais, même dans ce cas, on reviendrait très rapidement à la première question.

A quoi il serait bon d'ajouter une interrogation sur le montant de l'opération qui est actuellement estimé à près de 4 milliards d'euros…

Le logement social, priorité absolue

Pour les catégories sociales les moins fortunées, une des réponses serait de construire massivement du logement social et de faire respecter la loi SRU fixant le seuil de logements sociaux à 20% minimum par commune. Soit dit en passant, cela donnerait du travail aux entreprises et créerait de l'emploi avec les conséquences bénéfiques tous azimuts que cela permettrait. Autre avantage, la concurrence publique ferait  baisser le prix du foncier et de l'immobilier.

L'exemple d'Aix est parlant. Depuis six ans, la mairie n'a pas construit de logements HLM. Le prix de l'immobilier est exorbitant et les loyers sont devenus inabordables pour les jeunes ménages, les sans-emploi, les revenus modestes et les étudiants. 

Les sans-abri d'Aix à la rue

Pendant ce temps, à Aix, les sans-abri campent toujours à la Rotonde. Sans honte aucune, Joissains persiste dans des procédures judiciaires sans proposer la moindre alternative sociale aux SDF. D'autres villes ont engagé un dialogue fructueux par la médiation et ont résolu au cas par cas des situations dramatiques.

Le maire ne s'honore pas en se bouchant les yeux et les oreilles alors que la responsabilité de la pénurie en logements, en accueil social et en hébergement d'urgence lui incombe totalement.

Attend-elle les mesures de Sarkozy pour que les SDF deviennent eux aussi propriétaires... de leurs tentes et de leurs cartons ?

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Education à la papa (suite)

educationnationale

(Clic sur l'image pour agrandir)

Il l'a un peu cherché, non ?

(voir aussi le premier article sur ce sujet publié le 24 mai)

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 30 mai 2007

Lundi de "solidarité" : Le grotesque après le scandale

pas_comme_un_lundi

(Clic sur l'image pour agrandir)

4 ans que ça dure. 4 ans qu'on improvise. 4 ans qu'on dit qu'on va évaluer. Et donc, qu'on ne sait pas si l'idée était géniale. En revanche, tout le monde l'a bien vu : quand arrive ce lundi, c'est la cacophonie. On dit que 6 salariés sur 10 ont fait relâche.

On a voulu marquer les esprits par une mesure frappante. L'adjectif est juste. La canicule de 2003 a tué 15.000 personnes. C'est dire l'inconscience du gouvernement d'alors à l'égard de la précarité des personnes âgées.

Le cirque de la journée de solidarité se poursuit donc, avec toujours l'annonce fumeuse de récolter 2 milliards d'euros. Mais qu'est-ce comparé à l'application du bouclier fiscal dont bénéficieront 100.000 personnes et qui coûtera 5 milliards d'euros au budget de l'Etat ?

A-t-on besoin d'en rajouter pour comprendre ? Si, une ultime cuillerée. Les franchises sur la sécu sont une bonne nouvelle. On sauvera peut-être la sécu et on pourra mourir plus vite si on est très malade ! D'ailleurs, c'est simple, le trou est prêt.

En attendant que Juppé refroidisse la planète pour faire plaisir à Hulot.

Posté par CASTRONOVO à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un sacre ou un massacre ?

Le_sacre

(Clic sur l'image pour agrandir et voir tous les détails)

La Salle du Sacre (l'ancienne salle des gardes du Roi)

Chef-d'œuvre de Louis DAVID (Paris 1748 – Bruxelles 1825)

Château de Versailles (dans l'appartement de la Reine)

Napoléon Ier, empereur des Français,

stratège hors pair, qui a confisqué le pouvoir.

Son ambition démesurée explique son échec final.

Y A DONC DE L'ESPOIR !

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 29 mai 2007

Remous face à la gaffe d'une élue contre les CIQ

Lors du dernier conseil municipal, Odile Miribel, adjointe de Puyricard, a plus que gaffé. Son intervention sur l'inutilité des Comités d'intérêt de quartiers a été mal ressentie par les bénévoles de ces associations, qui l'ont fait savoir via la presse.

Le maire a voulu rattraper la bourde en déclarant qu'elle trouvait formidable le travail des CIQ. Evidemment, comme elle en fait des tonnes, personne ne la croit. D'autant qu'elle-même avait déclaré, il y a quelques mois, que chaque fois qu'elle avait un projet, elle avait "les CIQ sur le dos".

(A ce propos, voir colonne de droite "Les CIQ ne font pas de quartiers")

Posté par CASTRONOVO à 00:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Affichage sauvage : Taisez-vous, Joissains !

affichage_sauvageaffichage_en_fleurs

(Clic sur les images pour agrandir)

Parangon de vertu comme chacun sait, le maire rappelle qu'on ne peut pas afficher n'importe où. C'est vrai qu'il y a la loi. Mais il faudrait peut-être commencer par se l'appliquer.

Joissains a soutenu Sarkozy mais on ne l'a pas du tout entendue sur les débordements des colleurs de son candidat. Quant à elle, ses affiches pour les législatives occupent trois ou quatre emplacements voisins alors qu'elle n'a droit qu'au panneau qui lui a été attribué par la préfecture.

Et que dire de ce qu'elle cautionne tout au long de l'année pour l'annonce de manifestations institutionnelles avec des affiches sauvages sur les poteaux des entrées de ville. Le cas le plus proche est la propagande pour le salon de l'agriculture des 11, 12 et 13 mai.

Il existe pourtant une décision du conseil municipal qui permet de poursuivre les contrevenants. Peut-être fait-elle semblant de l'ignorer ou, pire, l'ignore-t-elle, vu le nombre de choses qui lui passe par dessus la tête.

Alors, Joissains, taisez-vous ou donnez l'exemple !

Pour étayer mes propos, je republie ces deux photos prises par moi-même ces dernières semaines au rond-point bas de l'avenue Pierre Brossolette.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ce que veut dire "être à la page"

A_la_page

(Clic sur l'image pour agrandir)

Ah ! L'éducation nationale ! Et c'est signé "le recteur" ! Un peu comme les feuilles d'impôts à l'automne, mai voit pleuvoir les convocations des enseignants pour les jurys d'examens. Toutes instructions sont données aux correcteurs et examinateurs sur les dates et lieux d'exercice, les conditions de travaux et de relevés de notes.

En général, cela représente trois feuillets. Et, au cas où se serait glissé un imbécile de professeur ne comprenant pas qu'il faut lire les trois pages, on lui indique qu'il faut tourner lesdites pages. Logique ! Mais là où cela devient fort, c'est la mention "suite page… suivante" !

C'est vrai, quoi, un professeur n'est peut-être pas forcément quelqu'un à la page.

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 28 mai 2007

Mon sarkordinateur fout le camp

ordi_panne

J'ai trouvé ce message sur le net. Un internaute interroge son cher service après-vente qui lui répond. C'est plein d'humour. Il ne faut pas s'en priver.


Question d'un utilisateur

Madame, Monsieur,

Il y a un mois, j'ai changé ma version Chirac 2.0 par la version Sarkozy 1.0 et j'ai noté que le programme a lancé une application inattendue appelée MVAVEC (Maintenant_Vous_Allez_Vraiment_en_Chier) 1.0 qui a considérablement réduit les performances de mon processeur. Dans la notice, cette application n'était pourtant pas mentionnée.

De plus, Sarkozy 1.0 s'installe dans tous les autres programmes et se lance automatiquement lors du lancement de n'importe quelle application, parasitant l'exécution de celles-ci. Des applications telles que LDE (liberté-d-expression) 8.9 ou VE (vivre-ensemble) 3.2 ne fonctionnent plus.

De plus, des programmes occultes (virus?) nommés Folie Furieuse 11.5, Démagogie 7.0 et Autoritarisme 9.5 se lancent de temps en temps et soit plantent le système, soit font que Sarkozy 1.0 se comporte de façon totalement inattendue.

Je n'arrive pas à désinstaller ce programme ce qui est très embêtant, surtout quand j'essaie d'exécuter l'application JVL (Joie_de_Vivre_en_Liberté) 8.2.

Par exemple, la commande : / service_public.exe ne fonctionne plus. D'autres utilisateurs de Sarkozy 1.0 m'ont fait part de l'existence d'applications telles que TTPC (t'as_tes_papiers_connard) 6.0 et AZCB (allez_zou_charter_bamako) version 3.4 liée à l'utilisation de Sarkozy 1.0 sur certains processeurs.

J'envisage de revenir à la version Chirac 2.0, voire Mitterrand 2.0, que j'avais avant, mais cela a l'air très, très compliqué.

Que faire ?

Un utilisateur démoralisé.

Réponse du SAV
Cher Monsieur,

Votre plainte est très fréquente chez les utilisateurs de Sarkozy 1.0, mais elle est due le plus souvent à une erreur de conception de base. Beaucoup d'utilisateurs passent de leur version Chirac 2.0 à Sarkozy 1.0 en pensant que Sarkozy 1.0 n'est qu'un programme d'utilitaires et de divertissement.

Cependant, Sarkozy 1.0 est bien plus que cela, il s'agit d'un SYSTÈME D'EXPLOITATION COMPLET conçu pour gérer TOUTES vos applications, même les plus personnelles. Il est entendu que le retour à Chirac 2.0 est impossible.

Deux options s'offrent à vous :

- Vous avez décidé de conserver Sarkozy 1.0, et vous attendez 5 ans avant de changer pour un système d'exploitation plus performant. Pour ce qui concerne les programmes Démagogie 7.0 ou Autoritarisme 9.5, ce sont des programmes d'ancienne génération utilisés sous Berlin 34, Madrid 36 ou Vichy 40, qui aujourd'hui connaissent des problèmes de compatibilité eu Europe (mais pas aux États-Unis, Australie, Zimbabwe ou Birmanie).

- Des mises à jour de République_Française, bientôt téléchargeables, devraient permettre de résoudre le problème. Évitez cependant d'utiliser les touches "Échap" et "Suppr" sous Sarkozy 1.0, car vous risquez de lancer des applications néfastes comme CDMDLG.EXE (coup_de_matraque_dans_la_gueule.exe) ou PFPB.EXE (prison_ferme_pour_broutille.exe).

Il vous faudra de plus lancer manuellement la commande C:/allô-c-est-pour-dénoncer_mon_voisin.exe (très efficace dans certains pays anglo-saxons) ou manifestation_de_soutien_ump.exe pour rendre le système stable.

ATTENTION : Il va sans dire que les déceptions lors de l'utilisation de votre outil peuvent être nombreuses. Une autre solution est une restauration complète du système. Pour cela il vous faudra tout simplement télécharger le patch Je_ne_vote_pas_UMP_aux_législatives 1.1 pour récupérer l'ensemble des fonctionnalités de votre ordinateur et en augmenter les performances. Sarkozy 1.0 vous enverra des messages d'alerte, mais votre système fonctionnera beaucoup mieux.

Cordialement,

Le SAV bureautique toujours à votre service.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dessine-moi les règles du commerce

Plan de Campagne : L'arnaque continue

La farce continue. A l'exception d'une boutique de prêt-à-porter logée dans la galerie Avant Cap qui a baissé le rideau tout en ayant une dérogation préfectorale (certains disent que la marque Mango va transférer son activité à Marseille, la rue de la République ayant le droit d'ouvrir le dimanche), la plupart des commerces dont les autorisations ont été suspendues ont contrevenu à la loi en ouvrant encore dimanche, bien que passibles d'une amende de 1.500€ par salarié.

Pour se faire plaindre, les responsables de ces commerces distillent des chiffres – toujours à la louche, sans possibilité de vérifier – sur leurs prétendues pertes. Comme pour montrer l'irrationnel qui recouvre la situation ubuesque de la zone commerciale, les syndicats font remarquer que Saint-Maclou, qui a fermé le dimanche, a vu ses bénéfices en hausse de 18%. L'arnaque au code du travail se poursuit dans le flou.

Les forains du cours Mirabeau n'ont pas "marché"

Pour cause de fête sur le cours Mirabeau et d'installation prématurée des dispositifs scéniques, samedi, nombre de forains ont été priés de dégager leurs étals. La politique des emplacements des marchés est devenue un vrai problème. La règle, si l'on peut dire, est celle de la géométrie variable. Comment donc travailler plus pour gagner plus s'il faut sans cesse changer de place ? Les forains rejetés n'ont pas marché et ont remballé leurs affaires. Avec pertes de bénéfices.

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 27 mai 2007

Vitrolles : Les tympans en compote

aie_aie_aie

Les Vitrollais en ont assez du bruit croissant des avions au-dessus de leurs têtes. L'ADEV, Association de défense de l'environnement vitrollais, a manifesté samedi son mécontentement.

Des compagnies aériennes, pour des raisons de coûts, préfèrent ne pas respecter les couloirs aériens et ainsi perturber gravement l'environnement sonore de plusieurs quartiers de Vitrolles et notamment ceux du Sud, plus touchés, de jour et de nuit, par les passages d'avions de plus en plus nombreux.

Le développement des vols "low cost" et l'ouverture de nouvelles lignes ne vont pas améliorer la situation et la tranquillité des riverains mais plutôt les bénéfices de ces compagnies sans scrupules.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]