mercredi 23 mai 2007

Plan campagne : Le droit et la droite

plan_campagne

Voilà, c'est fait, il y en a qui ne se gênent plus. Les commerçants de Plan de Campagne sont désormais hors-la-loi, au moment même où le préfet de région va occuper d'autres fonctions, lui qui a enfreint la loi plus qu'à son tour.

Donc, dimanche dernier, la quasi-totalité des 26 commerces sommés par la justice de fermer étaient ouverts. Seules quatre grandes enseignes ont accepté de se soumettre à la décision du tribunal administratif qui, saisi par les syndicats, a annulé le 3 avril dernier les dérogations préfectorales les concernant. Pour continuer à ouvrir, les autres bénéficiaient des cinq dimanches accordés par les maires.

Ce quota de cinq dimanches étant épuisé, c'est en forçant le destin qu'ils ont décidé de ne pas baisser le rideau, en dépit de la menace de constats d'huissiers. L'illégalité est encore plus patente.

Les commerces comptent sur le gouvernement pour faire évoluer la situation dans leur sens mais cela va traîner tant qu'il n'y a pas d'assemblée nationale et le vote d'une loi qui ne semble pas avoir la priorité dans tous les projets politiques annoncés. La France a un président qui s'est toujours prononcé contre le non droit mais pas forcément contre la droite…

Posté par CASTRONOVO à 00:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Médias : Quoi, vous n'êtes pas contents ?

nouveau_patron_TF1

(Clic sur les images pour agrandir)

n__2_de_TF1

Gros remue-ménage dans les médias. Jean-Marie Colombani viré du Monde. Un copain de Sarkozy s'infiltre à TF1. Béatrice Schönberg, épouse Borloo, quitte le journal de France 2. Christine Ockrent et Marie Drucker, femmes de ministres restent à France 3. Et toujours des marchands d'armes, amis du président, à la tête des grands groupes de presse. Y a pas à dire, on est un pays de liberté.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La vie des grands fauves qui font notre bonheur

hold_up

Coup sur coup, hier, on a eu mal au portefeuille et c'est bien peu de le dire.

D'abord côté banques. UFC-Que Choisir les a accusées d'avoir détourné "illégalement" en dix ans 11,5 milliards d'euros de bénéfices des contrats d'assurance collective, liés aux prêts immobiliers aux dépens des clients emprunteurs, soit 10 millions de ménages assurés. L'association dénonce "un scandale financier colossal" et a porté plainte contre la Caisse nationale d'épargne et la Caisse d'épargne.

Ensuite, côté grandes surfaces. Le parquet a requis 4,8 millions d'euros d'amende contre Carrefour, accusé de publicité mensongère, de revente à perte et de contrats illégaux avec ses fournisseurs. Ces affaires ont été portées devant la justice par les services de la répression des fraudes après des contrôles ou à la suite de plaintes de consommateurs. Carrefour est poursuivi pour avoir fait de la publicité pour des produits qui, selon les cas, n'étaient pas disponibles en quantité suffisante, pas au prix annoncé, ou n'avaient pas les caractéristiques vantées en catalogue. Les publicités incriminées portaient sur du champagne (Noël 2003), des climatiseurs, des écrans LCD et des congélateurs (mai-juin 2004), des aquariums (octobre 2004) ou encore du foie gras (Noël 2005). L'hypermarché aurait également vendu des produits à un montant inférieur à leur prix d'achat.

Puis, côté salariés de Nexans Harnesses, filiale belge du fabricant français de câbles. A leur arrivée de week-end dans les locaux au Sud de Bruxelles, ils n'ont pu que constater que les outils de production et les stocks avaient été déménagés soi-disant pour mettre l'outil de production "en sécurité" pour préserver les intérêts des clients. La raison réelle est la disparition de quelque 70 postes d'ouvriers sur les 94 emplois que compte l'entreprise. Le groupe mondial emploie 20.000 personnes.

Enfin, Alcatel Lucent a ouvert son premier Comité central d'entreprise consacré au plan de suppression de 1.468 postes, soit 12% de ses effectifs français, dans une ambiance tendue, sur fond de mobilisation nationale. Le CCE se poursuivra ce mercredi avec la suite de l'examen "par activité" des conséquences d'un plan qui se fera sur la base du volontariat et sans "aucun licenciement sec", comme l'a affirmé la direction de l'équipementier en télécommunication. C'est beau le profit de quelques-uns, non ?

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]