vendredi 11 mai 2007

Venelles et Cabriès : L'intox des maires à l'index

vote_mairie

J'ai du mal à comprendre, ou plutôt, je vois bien à quoi cela rime, pourquoi des maires ne respectent pas un minimum les règles de base de la démocratie.

A Venelles, on nous dit que la propagande tient lieu d'information du public et des élus. Pour le reste, l'opacité entretenue par le premier magistrat sur divers dossiers est devenue sa méthode de gouvernance. Les élus d'opposition se plaignent des reports des séances du conseil municipal, des insuffisances des rapports présentés et des confusions de genre entre organismes indépendants et la mairie.

A Cabriès, l'absence d'information du CIQ par le maire offusque de nouveau la population par un enième rebondissement. Entre ce qui est dit par le maire et ce qui est constaté par les bénévoles du comité au sujet de certains projets d'aménagement, le fossé semble grand.

Est-il si difficile que cela d'établir des relations loyales et des pratiques respectueuses avec les citoyens ? Quand on est sûr de ses décisions et que l'on n'a rien à cacher, il devrait être aisé de défendre son point de vue en toute clarté.

Pourquoi tant de manœuvres, tant de cachotteries, tant de contournements ? Pour un élu, le premier devoir est de rendre des comptes aux citoyens. Pas le contraire ! Les agissements de traverse et les abus de pouvoir n'ont rien à faire en démocratie.

Posté par CASTRONOVO à 00:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Esclavage, dressage et fromage

esclavage

(Clic sur les images pour agrandir)

pressons_pressons

un_autre

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Machines à voter : Epilogue ?

Le malaise "psychologique" du Conseil constitutionnel

vote_machine

Article d'Octave Bonnaud, paru sur le site de Marianne le 10 mai 2007.

Les sages ont proclamé les résultats définitifs du second tour de l'élection présidentielle. Et livré leurs observations sur le bon déroulement du vote dans les bureaux équipés de machines à voter. Le Conseil constitutionnel a rendu public jeudi après-midi, ses observations sur le déroulement des opérations électorales. Et balayé d'un revers de main les objections techniques soulevées par les adversaires des machines à voter.

Dans au moins dix municipalités équipées de machines à voter, des recours ont été menés auprès du Conseil constitutionnel, indiquait ce matin les représentants d'une association d'opposants. Sur l'ensemble de ces actions, les neufs sages n'ont retenu qu'un "léger incident dans le bureau de vote n°3 de Marignane où l'impression des résultats s'est révélée illisible".

Globalement, le Conseil constitutionnel estime que les machines à voter ont "dans l'ensemble mieux fonctionné qu'au premier tour". Sans évoquer les réclamations en contentieux électoral qui leur étaient adressées, les sages ont dénoncé "l'acharnement déployé dans certains milieux pour jeter le doute sur la crédibilité du vote électronique" (...) "et inciter au contentieux". Avant d'opposer les mauvais plaignants aux "électeurs de bonne foi qui éprouvent eux aussi un malaise".

Pour les sages, la cause de ce malaise serait "beaucoup plus psychologique que technique". De façon surprenante, une fois cette distinction affirmée, le Conseil va dresser un bilan désastreux de l'irruption des machines à voter.

Le garant du bon déroulement du vote estime en effet que l'apparition des machines à voter "rompt le lien sensoriel et symbolique que la pratique manuelle du vote et du dépouillement avait tissé" (...) "met fin à une communion citoyenne et prive le corps électoral de la surveillance collective des opérations dans lesquelles s'incarne le suffrage universel."

Etrangement, les sages rejoignent sur ce point les "instigateurs" de la pétition pour le maintien du vote papier qu'ils accusent d'"acharnement". Ces derniers font valoir que "tout citoyen ou groupe de citoyens doit pouvoir s'assurer directement, sans faire appel à des experts, de la sincérité du décompte."

Posté par CASTRONOVO à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]