jeudi 26 avril 2007

Sextius-Mirabeau avance, la nature recule

Allées provençales : un projet béton

jardin_beton

(Clic sur l'image pour agrandir)

Il aura donc fallu quinze jours de plus pour que les nouveaux commerces de Sextius-Mirabeau ouvrent au public. La commission de sécurité a donné son autorisation mais, comme on peut le constater sur place, le chantier n'est pas achevé. L'environnement immédiat n'est pas des plus joyeux à voir. Le grand jardin promis en lieu et place d'un immeuble est d'une tristesse infinie. Le maire avait parlé d'un "véritable poumon vert d'un hectare au cœur de la Rotonde". Les maquettes qui avaient été présentées faisaient croire à un lieu magique de verdure. Le constat est plus trivial. Le béton a pris le dessus, c'est le cas de le dire, et les quelques malheureuses plantations qui vont y voir le jour seront enserrées dans des masses grises en forme de dalles. Si c'est cela créer des espaces de convivialité, alors je préfère mes deux mètres carrés de pelouse. Dans les documents de propagande, on a aussi parlé "d'une large perspective liant le cours Mirabeau à la Rotonde et ouvrant sur le quartier Sextius-Mirabeau". Il faudrait user de beaucoup d'imagination pour s'en faire la représentation annoncée.

Boulevard Bonaparte : Des platanes dans les appartements !

platanes

(Clic sur l'image pour agrandir)

Avez-vous remarqué ça ? Le trottoir bordant le grand immeuble construit à la place de l'ancien casino municipal est très étroit. On a sans doute voulu offrir plus de superficie pour édifier les logements. Les futurs résidants vont probablement être les seuls Aixois à avoir de la végétation au bord de leurs fenêtres. Quand je dis "au bord", cela veut dire frôlant les fenêtres ! Ce ne sont pas des plantes, ce sont des platanes ! Et lorsque les feuillages auront poussé, ces bienheureux résidants pourront s'adonner depuis leur balcon à une passionnante activité obligatoire : tailler ce qui entre dans leurs appartements. Faute de quoi, et s'ils n'aiment pas le jardinage, il faudra qu'ils s'habituent à une vue vers l'extérieur obstruée par un magma de feuillages. Je ne parle même pas des coups de vent lorsque les feuilles seront mortes.

Posté par CASTRONOVO à 00:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sarko voulait liquider Chirac, Bayrou a dit non

sudouest

Ce mercredi, le journal Sud-Ouest a rendu publique la réaction de François Bayrou suite à un entretien qu'il avait eu en tête à tête avec Nicolas Sarkozy il y a trois ans. L'agité lui avait proposé un pacte secret de gangster pour liquider Chirac. Bayrou a repoussé les attouchements de l'assaillant. Franchement, on reste pantois. La preuve écrite et sonore est là :

http://www.sudouest.com/250407/une.asp?Article=250407a24133.xml

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Florilège de propos assassins de Bayrou

affichesarkozytoutpossible

(Clic sur l'image pour agrandir)

On comprend mieux pourquoi Bayrou n'a eu de cesse de se livrer à des attaques frontales contre Sarkozy qu'il accuse de ruptures multiples avec le modèle républicain. Voici quelques propos tenus par Bayrou ces douze derniers mois.

* "Son projet de société est à l'opposé du mien." (8 avril 2007, JDD)

* "Nicolas Sarkozy incarne une société violente qui oppose les citoyens les uns aux autres. Une société d'autant plus violente qu'il en vient à penser que c'est à la naissance que tout est joué, thèse totalement anti-scientifique et anti-humaniste. En disant cela, Sarkozy remet en cause les valeurs communes autour desquelles a été construite la société française." (8 avril 2007, JDD)

* "Constamment, chez Nicolas Sarkozy il y a cette manière d'opposer deux France". "Electoralement, je ne peux pas lui donner tort. On sait très bien qu'il y a beaucoup de points à gagner dès l'instant où on se met à dresser les gens les uns contre les autres. Ca flambe, c'est un aliment électoral très important mais ce n'est pas mon choix." (6 avril 2007, Agen)

* "Une seule polémique me paraît très grave, car elle touche aux fondamentaux de notre société : c'est celle que Sarkozy agite en prétendant que tout est joué à la naissance, la perversité comme le suicide. C'est une vision du monde qui fait peur. Le pire, c'est qu'il le pense vraiment." et "Ce sont des propos graves et glaçants." (avril 2007)

* "Ce qui me frappe, c'est la ressemblance de ses projets avec ceux de José Maria Aznar ou de Berlusconi." (août 2006)

* "Je vais lui faire une confidence : c'est plus formateur (...) de savoir comme il est difficile d'assumer les fins de mois, (...) de rencontrer en sortant de chez soi autre chose que les milliardaires du CAC 40 et les vedettes du showbiz." (21 mars 2007, Zénith)

* Il y a chez Sarkozy "une grande connivence avec les puissances d'argent (...) et la mise en scène de confrontations dures dans la société." (août 2006)

* "Lorsqu'il s'agit de faire dériver le camp républicain vers des mots, des phrases, des affirmations, des comportements qui sont en réalité ceux de l'extrême droite, là, je trouve qu'il y a une chose inquiétante pour la démocratie française." (16 avril 2007)

* "Il y a des choses que l'histoire devrait nous interdire de remettre sur la table, comme de mélanger l'immigration et l'identité nationale." (5 mars 2007, Nouvel Obs)

* "Que l'homme qui a été ministre de l'Intérieur pendant cinq ans ait tout le mal du monde à se rendre en banlieue, même à la Croix- Rousse ! (...) prouve bien qu'on est dans une situation d'extrême tension." (12 avril 2007, Métro)

* "On ne peut pas assurer l'ordre et la sécurité en faisant monter les tensions."

Posté par CASTRONOVO à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]