Le discours "coup de poing" de Christiane Taubira

C

Ce 14 avril, Christiane Taubira, déléguée à l'expression républicaine auprès de Ségolène Royal, s'adressant aux Outremers, a prononcé un discours d'une rare intensité. Son art oratoire, sa force de conviction et son caractère bien trempé ont fait merveille. J'en suis encore sous le charme. Et pas seulement parce que j'ai l'excuse de la connaître personnellement. Je me permets donc de vous dire qu'il vous manquerait quelque chose de ne pas l'écouter. Cliquez sur le lien, vous vous souviendrez longtemps de ce coup de poing à l'estomac.

http://videos.desirsdavenir.org/index.php?groupe=&video=412

Posté par CASTRONOVO à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le jeu "coup de boule" de Ségolène Royal

Maintenant, quelques petites minutes de joyeuse détente avec le jeu "coup de boule" de Ségolène Royal. Logiquement, vous devez gagner. Si vous perdez, vous avez droit à d'autres essais, jusqu'à la victoire finale.

http://royalcoupdeboule.com/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

Bruno Genzana ou la magie des tours ratés

Genzana me fait penser à ces prestidigitateurs qui, n'ayant jamais réussi leur numéro, persistent dans le métier en rendant comiques les trucs et les ficelles de tours ratés. La misère, avec lui, c'est que les subterfuges sont toujours un peu gros et ça finit par faire des nœuds.

Je dois dire que, ayant beaucoup observé l'art de Genzana depuis un quart de siècle, plus rien ne me fait surprise venant de sa part. Depuis, je ne peux entendre une de ses prises de parole ou lire une de ses interviews sans me gondoler. Et, à l'âge qu'ont mes os, je me conseille souvent d'être assez prudent pour ne pas me les déformer en riant.

Au hasard, prenons l'article paru lundi dans La Provence et dont un propos tenu par l'intéressé, "Le pacte de confiance n'est pas rompu", fait titre. Je sais que la phrase qui suit est réductrice, mais je résume à ma façon pour ceux qui n'ont pas savouré le potage de Genzana : "Tout va bien, je prépare l'avenir, je suis fidèle à Joissains et la droite gagnera grâce à moi".

Reprenons quand même un peu les choses.

¤ Concernant la portée de sa grande consultation, notre grand visionnaire déclare : "Il n'y a pas urgence, avant de penser à la prochaine municipale, il y a une présidentielle et des législatives". Mais, sur son site, le même écrivait le 7 décembre dernier : "Le temps de construire ensemble un projet pour Aix et le pays d'Aix est venu". Possèderait-il deux calendriers dont il aurait le pouvoir magique de faire s'écouler le temps de l'un à un rythme différent du second ? Les scientifiques auront un jour à résoudre cette énigme.

¤ Puis, flagornant comme jamais, le grand mage d'Aix fait un cirage de pompes avec force courbettes : "Joissains a toujours eu l'intelligence politique de préférer les additions aux soustractions". Sauf que, en 1989, elle a été la principale frondeuse séparatiste contre le maire de l'époque, Jean-Pierre de Peretti della Rocca, et que cela a abouti à la mise en minorité du brave homme sur le budget. Ce qui a contribué, parmi d'autres causes, à la perte de la mairie par la droite pour douze ans.

¤ "Le pacte qui nous unit n'a pas été rompu". Sauf que, si l'on a bien compris, la campagne d'affichage a été lancée de sa propre initiative, Joissains, elle-même, ayant dit qu'elle n'avait pas été informée et qu'elle ignorait qui avait payé ! Ca, c'est la fidélité proclamée à la Genzana mais, dans les coulisses, nul n'est plus expert que lui pour jeter au sol les peaux de banane à plein régime.

¤ "J'observe, notamment depuis le lancement des "Ateliers de l'avenir" que De Peretti et Joissains ne sont ni l'un ni l'autre sur le même mode de relations qu'avant l'été 2006". Là, on quitte le cirque pour le festival du rire et ses grosses blagues. A Aix, tout le monde sait que François-Xavier De Peretti n'a jamais été aussi virulent contre Joissains et ses élus que cette année. Et même que ça s'aggrave chaque jour.

¤ "Joissains a estimé que le coût de ce travail de consultation et de communication pourrait être imputé à son compte de campagne législative". Faire croire qu'il a choisi de ne pas être suppléant pour un si grotesque motif, c'est plus fort qu'un spectacle de Dani Lary ! En vérité, Joissains l'a foudroyé pour mieux le dissoudre. Elle ne veut plus entendre parler de lui.

¤ "Moi qui ai toujours travaillé dans le sens de l'union". Les bonnes mémoires n'auront aucun mal à se rappeler qu'en 1995 Genzana figurait sur la liste du RPR Jean-Bernard Raimond en concurrence directe contre deux autres listes de droite, dont celle d'Alain Joissains. Plus loin encore, je me souviens qu'en 1986 Genzana avait déjà tenté de lancer sa candidature pour la cantonale d'Aix-Sud-Ouest, avec déjà campagne massive d'affichage, et que le maire lui avait aussi déjà fait ranger ses banderoles par amical conseil qui valait ordre impératif.

Voilà, cela fait donc depuis 1983, année de son premier mandat municipal, que Genzana finit toujours par faire le toutou qui rentre dans sa niche. Mais évidemment, "le pacte de confiance n'est pas rompu".

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]