vendredi 6 avril 2007

Le Ravi, l'antidote contre Pernaut

ravi_40

Le numéro 40 d'avril est dans les kiosques. Il ne faut pas qu'il y reste ! Alors, il faut se le procurer de toute urgence. Avec Le Ravi, pas de regrets, tout y est vrai, juste, fouillé et satirique. Ne me dites pas que vous préférez boire les paroles de Pernaut sur TF1 ! Ici, pas de pub, pas de courbettes, pas de langue de bois. 2,80€, ce n'est même pas assez cher pour tout ce qu'on y apprend.

Posté par CASTRONOVO à 00:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Brèves sans morale

Bernard Toupie chez les (sarko)siens

Je m'abstiendrai de tout commentaire personnel sur le repreneur qui vient lui-même de se faire reprendre par plus repreneur que lui.

Le communiqué de Jean-Michel Baylet, Président du Parti Radical de Gauche est suffisamment clair pour n'en point rajouter.
"L'attitude de Bernard Tapie est pitoyable. Quand on a été ministre de François Mitterrand, quand on a porté haut et fort les valeurs du radicalisme, on n'a pas le droit de se commettre avec Nicolas Sarkozy. A partir de ce jour, Bernard Tapie n'est plus des nôtres."

Les députés battus… gagnants

Ce n'est pas ma tasse de thé mais là je suis scandalisé. Et après on vient se plaindre de l'antiparlementarisme ! Les députés bénéficiaient jusqu'à présent, après leur défaite électorale, du maintien de leur indemnité pendant 6 mois. Disons que c'était acceptable. Désormais, une décision du bureau de l'assemblée nationale, présidée par Debré, leur accorde la poursuite du versement de leur indemnité pendant 5 ans avec des indemnités dégressives tombant à 5% au bout des 60 mois. C'est tout simplement inadmissible et dégueulasse, désolé pour ce terme. Je le dis, que valent les leçons de morale des députés face à la situation des salariés en désespoir ? Il faut absolument que cette décision soit annulée !

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le corps de la République a besoin d'Anticor

anticorlogo

L'association Anticor (anti-corruption) s'est fait une spécialité de débusquer les tricheurs, les voleurs et les sans morale. Elle distribue les mauvais points à tous ceux qui contournent la loi et le fait savoir. L'association milite aussi pour la lutte contre les paradis fiscaux, la règlementation du lobbying ou la suspension de marchés publics à une entreprise condamnée pour avoir versé des pots de vin.

Cette semaine, elle a primé les candidats à la présidentielle qui s'engagent en matière de lutte anti-corruption en accordant trois mentions spéciales et un carton rouge.

Au palmarès, Ségolène Royal, mention "éthique", François Bayrou, mention "République", et Dominique Voynet, mention "transparence", qui ont chacun souscrit aux treize propositions d'Anticor pour une "révolution éthique". Les trois s'engagent notamment pour le non cumul des mandats, le renforcement des Chambres régionales des comptes, mais surtout – c'est la mesure phare – pour "l'inéligibilité définitive des élus condamnés pour délits financiers".

"Ils promettent sur les objectifs, mais chacun avec sa méthode", explique Séverine Tessier, présidente d'Anticor et membre du PS. François Bayrou propose une inéligibilité de 10 ans. Ségolène Royal, elle, préfère "faire de l'absence de condamnation pour délits financiers, une condition d'éligibilité". Une manière de prendre la question à l'envers, qui ne figure pas dans le Pacte présidentiel de la candidate socialiste.

Parallèlement, Anticor a décerné son prix "bonnet d'âne" à Nicolas Sarkozy. "Il est le seul grand candidat républicain à ne pas nous avoir répondu. Par ailleurs, il refuse d'être transparent sur son patrimoine et a recyclé à l'UMP des élus condamnés comme Alain Juppé, Patrick Balkany et Alain Carignon, explique encore Séverine Tessier. Sarkozy traite de "racaille" les gens des quartiers défavorisés, alors que les personnalités de droite qui ont été condamnées ont toujours eu la faveur de l'UMP. Tout candidat condamné ne doit plus pouvoir avoir des responsabilité d'élu (un schéma qui s'applique bien aux fonctionnaires !), le cumul des mandats devrait être interdit, nous attendons avec impatience la réponse sa réponse à l'association."

Et dire que c'est le même Sarkozy qui clame que les socialistes défendent les fraudeurs ! Avec lui, tout devient possible.

Pour en savoir plus, voici le lien du site :

http://anticor.org

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]