dimanche 1 avril 2007

Des brèves certifiées miraculeuses

Et ta sœur cherche du travail

Franchement, maintenant que le gouvernement va sauter, on pourrait au moins le croire une fois. Le déficit public a été anéanti comme jamais, la dette de l'Etat a fondu comme jamais, la croissance a été plus forte que jamais, la délinquance a chuté comme jamais et, surtout, le chômage a baissé comme jamais. Nous vivons au pays des merveilles et tout le monde est heureux. Les preuves ? L'Europe nous rappelle à l'ordre pour respecter les normes budgétaires, l'emprunt flambe pour rembourser l'intérêt de la dette, la bagarre de la gare du Nord a failli ressembler à une émeute, les SDF sont toujours sous leurs tentes et ta sœur cherche du travail depuis cinq ans.

Le CNE bientôt béatifié ?

Parmi les personnes embauchées en CNE en mai 2006, seuls 60% des salariés travaillent encore dans l'entreprise six mois après, contre 77% en CDI "classique". Au bout d'un an, l'écart entre les deux formes de contrat se creuse un peu plus : seule la moitié des salariés embauchés en octobre 2005 est encore en poste (49%) contre 68% des CDI. Avec Sarkozy, ce sera plus expéditif, on n'aura plus besoin d'aucun contrat.

L'ANPE vendue "par appartement"

Avant de casser le Code du travail, le gouvernement qu'a servi Sarkozy a décidé de s'en prendre au service public de l'ANPE dont les agents viennent de manifester puissamment dans la rue. L'opération magique a été montée comme un tour de passe-passe. Le décret du 8 mars 2007 prévoit rien de moins que la mise en œuvre de filiales commerciales de droit privé. Cela ressemble à une vente de l'Agence "par appartement", une manière de marchandiser aussi le traitement du chômage, évidemment en l'absence… d'instances paritaires de contrôle. Voilà comment tout devient possible.

Posté par CASTRONOVO à 00:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Carnaval : La lettre qui démasque la mairie

diableLe 2 mars, le Comité Officiel du Carnaval d'Aix écrivait au maire pour lui signifier que l'association ne pouvait participer au défilé du 1er avril pour des raisons budgétaires, la subvention annuelle ne lui ayant pas été versée à temps. Suite à des articles parus dans La Provence relatant les difficultés du comité pour mener à bien sa tâche, l'adjointe nouvellement chargée de ce dossier, a tenu des propos qui ont choqué le comité.

Sa présidente fondatrice, Marcelle Isoard, a adressé une mise au point que je retranscris in extenso, ci-après. Au conseil municipal du 26 mars, j'ai moi-même dénoncé la mascarade de la mairie, la gestion calamiteuse du dossier et le bricolage des initiatives lancées dans l'urgence par Joissains pour montrer un semblant de carnaval.

"Les propos tenus par l'adjointe au maire, Patricia Larnaudie, à l'encontre du Comité Officiel du Carnaval d'Aix ont suscité une grande émotion chez l'ensemble des bénévoles de notre association qui, chaque année, consacrent l'essentiel de leur énergie et de leurs loisirs à la réussite du carnaval.

Ceux-ci ne peuvent tolérer les accusations à peine voilées d'incompétence de l'association à gérer l'ensemble du carnaval alors même que tel est le cas depuis 22 ans sans que le moindre reproche n'ait jamais été ni adressé ni reçu.

Par ailleurs, c'est avec une mauvaise foi choquante que l'adjointe susnommée, que nous n'avons jamais rencontrée et qui n'a pas participé à la moindre réunion préparatoire, tente de faire croire que le carnaval coûterait moins cher sans notre intervention.

Elle s'appuie sur une comparaison avec le budget de l'année 2004, année du vingtième anniversaire, au cours de laquelle notre comité avait organisé le "mercredi des enfants" avec spectacle et goûter, une animation le samedi après-midi dans les rues de la ville, puis le corso et le bal le dimanche, de 10 heures à 20 heures, soit pendant trois jours !!!

Le comité rappelle qu'il a depuis plusieurs mois participé activement à la préparation du carnaval 2007, avançant de ses propres deniers le coût de la réalisation de 6 chars (et non 5) sans recevoir la moindre subvention de la mairie. C'est dans cette situation difficile et inédite que, faute de pouvoir payer les peintures des chars et les costumes, notre comité a décidé de suspendre provisoirement sa participation.

La municipalité a alors profité d'une situation qu'elle a elle-même créée pour briser une coutume locale bien ancrée en faisant aujourd'hui appel à une association étrangère.

Le Comité du Carnaval d'Aix ne peut que regretter cette rupture avec une tradition séculaire très appréciée des Aixois."

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]