La lutte contre les tags que la municipalité mène en centre ville ne fait que déplacer le problème. Maintenant, par exemple, on voit même des panneaux routiers, qui n'avaient jamais été souillés, couverts de peinture. Au stade Carcassonne, le délire atteint son paroxysme sur les murs des bâtiments pourtant clôturés. J'ai pris cette photo du plateau sportif dimanche matin. Il n'y a qu'à admirer… les dégâts. Ce sera la même chose avec la vidéosurveillance concentrée dans l'hyper-centre. Les délits se commettront de plus en plus en périphérie. Bon, bref, il va falloir repenser tout ça de manière globale, après les Joissains.

P1000074