mardi 13 février 2007

Pour un saut qualitatif de l'éducation

ordre_lettres

Une récente étude portant sur des jeunes de cours moyen à la troisième indique que les élèves actuels font deux fois plus de fautes que ceux d'il y a vingt ans. Les alarmistes disent qu'il y a recul. Les optimistes font observer qu'il y a quarante ans peu d'enfants pouvaient poursuivre des études au-delà de 14 ans. Autrement dit, de plus en plus de jeunes accèdent à un niveau largement supérieur à celui de leurs parents et a fortiori de leurs grands-parents.

A bien y regarder, les fautes ne sont que le fil d'une pelote. Derrière cela, se cache la vaste question de la formation et de l'épanouissement des individus. Comparer le niveau du Bac actuel à celui d'il y a quarante ans n'a pas grand sens car ceux qui s'y présentaient à cette époque étaient triés sur le volet.

A mon avis, ce qu'il faut retenir c'est que l'école est désormais ouverte à tous et que les analphabètes ne représentent plus qu'une infime partie de la population. Après ce grand bond quantitatif, la vraie question qui se pose concerne le saut qualitatif. C'est là que les évaluations régulières doivent porter le fer.

Car, on le sait, les conditions d'accueil et d'enseignement ainsi que l'environnement socio-économique des familles jouent un rôle primordial dans les résultats scolaires des enfants. Il y a donc urgence à investir fortement dans l'éducation pour que chaque élève puisse recevoir toute sa part, apprendre le plus et le mieux et se construire une personnalité digne de soi.

Ne pas voir cela, c'est sacrifier l'avenir de millions de personnes et gâcher les chances mêmes d'un pays.

Posté par CASTRONOVO à 00:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Logement à Aix : Ce qu'il faut faire

maisonLes retards pris dans la politique du logement ne pourront être comblés que si le problème est traité de manière globale par la Ville d'Aix-en-Provence et la Communauté d'agglomération du Pays d'Aix. Pour pouvoir agir efficacement, trois types de mesures énergiques doivent être décidées. Celles qui touchent à l'amélioration du cadre de vie quotidien actuel, celles qui dresseront le schéma des réhabilitations et celles qui porteront sur la recherche du foncier et la construction de logements. Il n'y a plus une minute à perdre car programmer une politique digne de ce nom ne peut se faire sans tenir compte des multiples procédures économiques et administratives que nécessite tout projet.

La volonté politique

Le logement priorité N° 1 pour Aix et pour la CPA et en faire bénéficier l'économie et l'emploi

La méthode concrète

Traiter le logement en actes, pas en intentions, sur des fondations solides, pas sur du sable

Plan Local d'Urbanisme

Elaborer le PLU maintenant sans attendre 2009 pour libérer des terrains à construire

Constructions

Immédiates et programmation sur 6 ans

Cadre de vie

Prendre des mesures d'urgence

Réhabilitations

Tout de suite, en concertation avec les locataires

Foncier

Créer une pénalité pour refus de vente de terrain

Logement social public

420 par an (au lieu de 34 de 2002 à 2006 !)

Logement privé

2100 par an (au lieu de 1490 en 2004)

Blocage des loyers.

Immédiat pour 1 an, reconductible si nécessaire

Expulsions

Arrêt immédiat

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]